• Brunel, seul dans le sillage de ses joueurs
    Brunel, seul dans le sillage de ses joueurs Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Chroniques

La chronique de Benoît Guyot : L'homme providentiel

On ne cesse de parler de celui qui permettra à l’équipe de France de bien jouer, voire de gagner. J’ai du mal à me faire à l’idée qu’un seul homme puisse «sauver» le XV de France, du jour au lendemain.

On a cru en Philippe Saint-André, puis en Guy Novès et aujourd’hui en Jacques Brunel. Malgré leurs parcours respectifs démontrant une compétence certaine, aucun d’eux n’est parvenu à inverser durablement la tendance. La question ne serait-elle pas plutôt de savoir ce qui ne tourne pas rond dans notre système ?
Plutôt que de se hasarder à deviner le nom de celui qui sera le successeur de Jacques Brunel, nous devrions nous pencher sur ce qui ne fonctionne pas dans le « système » français. Nous en sommes même arrivés au point qu’un entraîneur français ne serait pas suffisamment qualifié pour la fonction. Nous sommes tous d’accord pour dire que la perspective d’avoir un sélectionneur ayant fait ses preuves à la tête d’autres nations est rassurante. Mais ne sera-t-il pas, comme les autres, confronté aux mêmes contraintes que ses prédécesseurs : cadences éreintantes, temps de rassemblement restreint, manque de suivi des joueurs et intérêts divergents avec les clubs « tout puissants » ?

Tout sauf seul

Arrêtons de croire qu’un seul homme peut tout changer. Commençons par comprendre que l’entraînement et l’accompagnement d’une équipe de ce niveau nécessitent que tout soit réuni autour d’un seul et unique objectif : construire dans le temps en faisant confiance aux hommes, joueurs ou entraîneurs. N’oublions pas non plus qu’un sélectionneur est tout sauf seul. Son équipe constituée de spécialistes a tout autant de mérites que lui dans la potentielle réussite, ou déroute… Sans oublier les éducateurs, entraîneurs et tous ceux qui interviennent auprès des joueurs dans les catégories jeunes. Permettre à l’équipe nationale de performer face aux meilleures nations est une équation particulièrement complexe qu’un seul homme, aussi compétent soit-il, ne peut résoudre du jour au lendemain s’il n’a pas la main mise sur l’ensemble des variables qui impactent les joueurs de son effectif. Force est de constater que l’on est encore loin…

Midi-Olympique.fr
Réagir