• Les jeunes Gaëtan Dominici et Dylan Dicharry,  porteront les couleurs tyrossaises la saison prochaine. Ils incarnent le partenariat qui relie l’UST et l’UBB. Photo DR
    Les jeunes Gaëtan Dominici et Dylan Dicharry, porteront les couleurs tyrossaises la saison prochaine. Ils incarnent le partenariat qui relie l’UST et l’UBB. Photo DR
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Tyrosse : Un mal pour un bien

Pour la première fois, les Landais ont vu partir sans eux le train de la phase finale. Les raisons de ce retard sont connues.

Le printemps tyrossais n’aura pas le même parfum. Dans l’allégresse des fameuses fêtes de la ville, le rouge ne sera pas aussi vif et le bleu manquera d’éclat car jamais depuis sa chute du Pro D2 en 2006 l’US Tyrosse n’avait manqué son traditionnel rendez-vous des phases finales. Dans le paysage, au rayon des symboles, la nouvelle a suscité bon nombre de commentaires et d’interrogations. En proie aux limites économiques d’un budget de 700 000 €, le club serait-il impacté par l’émergence de nouvelles structures adossée à des masses financières nettement supérieures ? Ou bien faut-il considérer que sportivement l’UST vit aujourd’hui la fin d’un cycle ?

Ces explications, "Popo" Laclau qui copréside aux côtés de Nicolas Sarrouet, les entend, mais il apporte un autre éclairage du contexte : "Nous avons perdu quatre fois chez nous, ce qui n’arrive jamais. Nous avons réalisé des matchs moyens et la réussite nous a fuit. Ce n’est pas un problème de potentiel, nous l’avons, même s’il nous aurait fallu trois ou quatre éléments de plus. C’est pourtant la saison ou nous avons le plus travaillé, le premier objectif était de remettre tout le monde au travail et cela a été réalisé mais les résultats n’ont pas été à la hauteur de l’investissement des joueurs."

La force mentale de certains acteurs de qualité en fin de parcours a-t-elle sans doute fléchi. Alors, le départ de deux avants : Laguin et Auzqui, et l’arrêt de deux autres : Fabre et Sainte-Croix, vont entraîner fatalement le déclenchement d’un nouveau cycle. En provenance de l’UBB dans le cadre du partenariat sportif dont se félicite Christian Laclau, les espoirs Dicharry et Dominici vont s’installer dans cette dynamique. "Nous voulons rester parmi les quarante meilleurs clubs français, martèle le président. Toutes les équipes jeunes, moins de 16, moins de 18 et moins de 23 ans sont qualifiées, nous tirons toujours le club vers le haut."

Réorientation sans révolution

Les Tyrossais sont très attachés à la méritocratie sportive et quelle que soit l’épaisseur de leur portefeuille, ils aspirent à jouer au plus haut niveau de leur catégorie. Ils y sont déjà en termes d’encadrement avec un duo d’entraîneurs, François Gelez et Frédéric Garcia, qui a une vraie gueule de Top 14. Avec Stéphane Cambos dans le costume de directeur sportif. Et puis, Gelez est devenu salarié de l’UST en charge du centre de formation et de toute la filière jeunes. Ne reste plus qu’à évacuer une déception que Stéphane Cambos juge relative et factuelle. Il se hasarde même plus profondément dans l’analyse : "C’est un mal pour un bien parce qu’il y a prise de conscience que la qualification n’est pas automatique sans les efforts nécessaires, tout en considérant que l’UST n’a pas la folie des grandeurs. Nous sommes un club typique de la Fédérale 1 française et nous avons peu de marge de progression. On est à un moment charnière sur les réformes engagées qui touchent la formation et on en ressent les effets. Pour nous c’est un juste retour des choses, on a besoin de continuer le travail entrepris chez les jeunes mais pour jouer les premiers rôles en Fédérale 1 c’est insuffisant." De la réflexion en interne doit découler une réorientation qui concerne essentiellement l’amélioration de l’effectif et de sa profondeur, mais aussi de la force et de la maîtrise du collectif. Il ne s’agit pas d’une révolution, juste de rééquilibrages à travailler pour, in fine, offrir aux jeunes issus du territoire des 23 communes de la MACS la meilleure offre rugbystique possible. Alors, le rendez-vous manqué aura bien été un mal pour un bien.

Midi Olympique
Réagir