• Martin Bustos Moyano aura été le grand artisan de la victoire de l’Aviron. Photo M.O. - D.P.
    Martin Bustos Moyano aura été le grand artisan de la victoire de l’Aviron. Photo M.O. - D.P.
Publié le / Modifié le
Pro D2

Le roi Bustos !

Auteur de la pénalité de la gagne, dans les toutes dernières secondes, l’Argentin Martin Bustos Moyano a offert la montée à l’Aviron bayonnais.

Lorsqu’Antoine Battut s’est présenté face à la presse, quelques minutes après le coup de sifflet final l’ancien Montpelliérain n’en revenait pas d’avoir vécu un tel moment. Sur un petit nuage après ce (nouveau) scénario incroyable, le capitaine ciel et blanc a d’abord analysé le match et cette victoire au bout du suspense, décrypté cette saison incroyable. Puis, une question est arrivée sur le héros de l’après-midi, Martin Bustos Moyano. Les yeux du troisième ligne aile se sont alors rougis, l’émotion est montée d’un cran. "Pardon, je suis au bout", s’est-il excusé. Puis le capitaine bayonnais a repris son souffle et, la voix tremblante, a rendu un bel hommage à son coéquipier. "Martin, c’est un joueur de grande classe. Parfois, ça fait un peu de peine quand il est sur le banc ou pas dans le groupe. Nous avons commencé à vingt ans, nous jouions l’un contre l’autre et je ne suis pas étonné qu’il nous fasse gagner. L’histoire est incroyable." Belle, incroyable, irréelle, les superlatifs manquent, tant le dénouement de la saison de l’Argentin était inconcevable, il y a quelques mois de cela.

Tayeb : "Il aura peut-être un rôle à jouer"

Bousculé dans la hiérarchie par la jeunesse bayonnaise, et mis sur la touche à cause d’une clause de reconduction automatique de son contrat, s’il prenait part à 15 matchs pendant la saison, "MBM" n’a pas vécu une saison facile. Loin de là. "Ça a été une année dure pour lui, parce que tout le staff, et moi le premier, l’avons remis en question, reconnaissait Yannick Bru après la rencontre. Nous avons mis beaucoup de jeunes, il a affronté la concurrence. Mais Martin, c’est un grand professionnel et comme un symbole, il nous met quatre pénalités dont celle de la gagne. Je peux vous dire que Martin, c’est vraiment la grande classe." Déjà auteur d’une entrée intéressante sur la demi-finale à Oyonnax, pendant laquelle il inscrivit douze points dont l’essai qui permit aux siens de reprendre les devants, Martin Bustos Moyano aura été le grand artisan de la victoire de l’Aviron cet après-midi. Alors oui, il ne faut pas occulter le travail titanesque effectué par un Filimo Taofifenua constamment dans l’avancée ou la présence fondamentale du duo Héguy-Battut dans les airs. Mais compte tenu du scénario et du contexte, Bustos fut l’homme de cette finale. Dès lors, une question est venue, quant à son avenir. L’Aviron proposera-t-il, dans les jours à venir, une prolongation à Bustos Moyano ? "C’est un cas particulier qui sera traité à part a répondu Philippe Tayeb, après la rencontre. Martin est un garçon qui a été plus qu’admirable. Il aura peut-être un rôle à jouer, mais c’est Yannick qui décidera."

L’homme des grands rendez-vous

Déjà décisif trois ans plus tôt en inscrivant tous les points de l’Aviron pendant la finale contre Aurillac gagnée 21-16, Bustos peinait à réaliser en conférence de presse d’après-match. " C’est incroyable. J’ai l’impression que je ne me suis pas réveillé ce matin. Nous avions déjà fait un truc magnifique à Oyonnax la semaine dernière. Aujourd’hui, ça l’a été encore un peu plus." Les grands joueurs ne manquent jamais les grands rendez-vous. Dimanche après-midi, les "Ar-gen-tina Ar-gen-tina" sont à nouveau descendus des tribunes du Hameau. Dimanche après-midi, Martin Bustos Moyano est (re) devenu le héros de tout un peuple.

Midi Olympique
Réagir