• Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
  • Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14
    Pro D2 - L'Aviron bayonnais et ses supporters ont fêté le titre de champion et accèdent au Top 14 Pablo Ordas / Pablo Ordas
Publié le / Modifié le
Pro D2

Les fêtes de Bayonne

Après plus de onze mois de travail et de sueur, les joueurs de l’Aviron bayonnais ont passé la semaine à fêter leur titre. Le Top 14 et l’immense défi qui arrivent attendront.

D'un coup de pied, Martin Bustos Moyano plongea toute une ville dans l’irrationnel. Depuis une semaine, Bayonne fête ses champions. Ces derniers, après un passage par la case coiffeur dans les vestiaires, ont été accueillis dimanche soir dans un stade Jean-Dauger, où entre quatre et cinq mille fidèles s’étaient amassés pour un moment de communion entre chants, rires, et yeux rougis, que seul le sport permet. Au-delà de l’impact purement sportif de ce match, la bande à Bru a rassemblé une partie du Pays basque, a redonné le sourire à tout un peuple et a égayé le lundi matin de tous les amoureux du club. Les joueurs, de leur côté, ont pu profiter et décompresser, après presque un an de travail intensif.
Paradoxalement, le ciel fut grisonnant en début de semaine. Visiblement, le mois de juin et les températures estivales attendront. En revanche, une joyeuse troupe de quarante lurons arpente depuis maintenant une petite semaine les rues de la ville. De la brasserie de l’Aviron au bar Jean de Biarritz, en passant par le golf de Bassussarry, le bouclier de champion de France de Pro D2 découvre, pour la première fois de son histoire, la Côte basque.

Latunipulu imite Goode

À l’heure où nous écrivons ces lignes, on ne compte d’ailleurs plus le nombre de « Hegoak » qui ont été lancés depuis dimanche ou la quantité de fûts de bières vidés. On a cessé de calculer, aussi, le cumul d’heures durant lesquelles l’ailier Latu Latunipulu a arboré fièrement sa tunique bleue et blanche. Comme Alex Goode, aperçu en tenue de match 24 heures après le sacre des Saracens en Coupe d’Europe, le jeune Australien de 22 ans a volontairement évité la case douche du Hameau dimanche après-midi. Lundi soir, alors que les joueurs étaient reçus à la mairie par Jean-René Etchegaray, Maire de Bayonne, le joker médical de Benjamin Thiery était toujours avec son maillot marine et son short blanc. Mais sans ses crampons, remplacés par une paire de baskets blanches. « C’est la victoire des joueurs, c’est à eux d’exulter, c’est à eux d’être déraisonnables pendant… on va dire une semaine », anticipait Yannick Bru dans les couloirs du Hameau après le sacre. L’Aviron n’avait pas été champion de France depuis 1943. L’attente longue de 76 ans se devait d’être célébrée dignement. Les fêtes de Bayonne ne démarreront que le 24 juillet. Les joueurs de l’Aviron, qui ne pourront y participer, se sont déjà rattrapés.

Pablo Ordas
Réagir