• Les Parisiennes devraient faire l’an prochain sans l’ouvreur Morgane Perducat
    Les Parisiennes devraient faire l’an prochain sans l’ouvreur Morgane Perducat Douglas Cavalera / Douglas Cavalera
Publié le / Modifié le
Féminines

Nord Paris : Stade français féminin, l’an II

Pour leur deuxième saison en Élite 1, les Parisiennes pourront compter sur une réserve plus compétitive et de meilleures conditions de préparation.

Force progressante du rugby féminin, la section du Stade français a encore confirmé sa montée en puissance. En se hissant en finale du championnat de Fédérale 2, malgré leur défaite contre Grenoble pour le gain du bouclier, les réservistes parisiennes ont obtenu leur montée en Fédérale 1. Comme Rennes, Villeneuve-d‘Ascq, ou Bobigny dans le Nord, et comme la plupart des sections dominantes de l’Élite 1, le Stade français alignera sa seconde équipe en troisième division nationale. C’est un pas important pour cette section qui jusqu’à présent avait profité de sa capacité de recrutement en Ile-de-France pour gravir les échelons. Dans cette zone géographique francilienne où la saison prochaine les "Pink Rocket" compteront un concurrent de plus en Élite 1, les filles de Chilly-Mazarin promues à leur tour les ayant rejointes, au cœur de ce Nord de la France qui concentrera dorénavant prés de la moitié des formations du championnat - sept équipes avec Rennes, l’Asruc, Villeneuve d’Ascq, Bobigny, Chilly-Mazarin, l’Ovale caennaise - la capacité d’amélioration du niveau des jeunes joueuses sera au centre de la progression de la section parisienne.

Une charnière sur le départ

"On ne peut pas dire que cette saison soit une réussite, puisque nous avons manqué la qualification en quart finale avec notre équipe première, commente l’entraîneur Olivier Carreiras. Mais la montée de notre deuxième équipe alimente notre projet. Nous allons encore mieux le structurer la saison prochaine." L’intersaison n’a pas encore livré ses secrets. Le recrutement n’est pas encore connu. Les Parisiennes devront tout de même chercher à compenser la perte de leur charnière, la demi de mêlée Maude Ajac ayant décidé d’arrêter, et l’ouvreuse Morgane Perducat ayant décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour réaliser un tour du monde. Du côté du staff, la stabilité sera assurée par la promotion auprès des avants de Josselin de Giovanni, l’entraîneur des réservistes, qui remplacera Fabrice Cueille sur le départ. "Globalement, nous présenterons la saison prochaine un visage assez similaire à celui de cette première année dans l’élite, raconte Olivier Carreiras. Nous avons beaucoup appris, et nous savons sur quoi travailler. Le rajout de deux entraînements hebdomadaires, une séance de musculation et une séance individuelle de technique au poste, doit nous permettre de faire grandir l’équipe. Aujourd’hui, même si Montpellier a confirmé sa suprématie, on voit bien que le niveau se resserre toujours davantage. La montée de l’équipe 2 en Fédérale 1 et l’intensification de nos séances de travail seront des facteurs déterminants pour que nous puissions y faire notre trou."

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir