• À seulement 25 ans, Arthur Itturia fait déjà figure de cadre tant en club qu'en sélection.
    À seulement 25 ans, Arthur Itturia fait déjà figure de cadre tant en club qu'en sélection. Icon Sport - Icon Sport
  • Le Lyonnais, Julien Puricelli présente les meilleures statistiques du championnat dans son domaine de prédilection, la touche.
    Le Lyonnais, Julien Puricelli présente les meilleures statistiques du championnat dans son domaine de prédilection, la touche. Icon Sport - Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Le duel Iturria - Puricelli : boulevard des airs

Entre le jeune international clermontois et le vétéran lyonnais, le combat ne se cantonnera pas au terrain mais bien dans la stratégie de la touche, où les deux cerveaux de leur alignement respectif se livreront une joute essentielle en haute altitude…

Fort de 11 sélections et d’ores et déjà désigné comme un des cadres du XV de France lors de la prochaine Coupe du monde, à seulement 25 ans, Arthur Iturria goûte à plein une reconversion en troisième ligne qui lui permet de s’éloigner du cœur du combat où il se trouvait (trop) régulièrement sujet aux commotions. De quoi incarner l’avenir du rugby français ? À n’en pas douter. Sauf que certains "papys" font encore de la résistance, et Julien Puricelli (qui fêtera 38 ans au mois d’août) en premier chef. Fort d’une hygiène de vie spartiate qui lui permet de retarder les outrages du temps, le capitaine lyonnais a acquis au fil des saisons une expérience des plus précieuses qui, associée à des qualités de "jump " intactes, font de lui le meilleur spécialiste de la touche du Top 14.

Il faut en effet avoir vu, pour le croire, l’alignement montpelliérain se dérégler dans les dernières minutes du barrage pour comprendre l’influence de Puricelli dans l’esprit de ses adversaires. "Le tournant, pour moi, c’est la sortie de Van Rensburg, le patron de leur alignement, qui avait su parfaitement alterner les annonces pendant la première heure, commentait avec sérénité et du recul le capitaine lyonnais. Ensuite, pour leur malheur, les Montpelliérains ont annoncé des touches à 5. Avec Dylan Cretin qui venait d’entrer en jeu, nous avons alors pu marquer leur sauteur privilégié. " Le résultat ? Trois munitions volées à la régulière, dont la dernière par Puricelli "himself". Sa 17e de la saison, record du championnat.

Puricelli : 121 ballons gagnés, 17 volés cette saison

Il va sans dire qu’avec 121 ballons gagnés au total (soit plus de 6 par match !), Puricelli présente les meilleures stats du championnat, loin devant le Racingman Chouzenoux (80).

Or, c’est précisément à Arthur Iturria qu’il reviendra d’éviter le cauchemar aux siens. Progressivement amené à endosser le rôle de leader de l’alignement cette saison, c’est bien le Basque qui sera chargé de trouver des solutions pour mystifier le terrible contre lyonnais. Tout sauf évident sachant que, même si Sébastien Vahaamahina a réalisé énormément de progrès dans les airs, la deuxième ligne clermontoise demeure plus "terrienne" qu’aérienne. Un rôle d’autant plus essentiel que les ballons portés après touche demeurent une valeur refuge de l’arsenal offensif auvergnat, ainsi que la finale du Challenge européen contre La Rochelle a permis de le rappeler…

Par ailleurs, partant du principe que la touche demeure la principale rampe de lancement du jeu lyonnais, il va sans dire que contrarier la conquête du Lou dans les airs constituerait une grosse étape vers le succès, ainsi que Montpellier sut y parvenir en demi-finale l’an dernier. À Iturria et ses coéquipiers de faire aussi bien désormais en déjouant la redoutable machine élaborée par l’entraîneur Karim Ghezal, futur spécialiste du staff du XV de France en la matière. Lequel comptera en premier chef sur son capitaine Julien Puricelli pour respecter sa stratégie, et même éventuellement s’en affranchir et improviser si le besoin s’en fait sentir.

Iturria, l’atout de l’attaque

Toutefois, il serait bien évidemment faire injure aux deux joueurs que de limiter leur duel au registre de l’alignement. En premier lieu pour Arthur Iturria, qui a endossé avec succès le rôle de lien entre les avants et les trois-quarts, registre où son extrême mobilité, sa dextérité ballon en main et sa capacité à gagner les duels et distiller les offloads font régulièrement merveille… "Il a pratiquement l’agilité d’un trois-quarts, et dans notre système de jeu, ça le rend d’autant plus intéressant, nous confiait voilà quelques semaines son manager Franck Azéma. Régulièrement, ce sont ses passes après contact qui permettent d’ouvrir des brèches aux autres. "

Un rôle offensif dans lequel Julien Puricelli s’exprime beaucoup moins, qui préfère laisser ses partenaires de la troisième ligne Deon Fourie et Liam Gill porter les ballons et intervenir dans la ligne. L’influence du capitaine se ressentant surtout en défense : régulièrement dans les premiers au plaquage, Puricelli n’est certes pas un joueur d’impact mais sait faire tomber très vite ses adversaires, offrant à ses compères des situations de "contest " au sol dans lesquelles ils excellent. Un joueur que les Auvergnats devront donc chercher à éviter autant que possible dans leurs attaques de ligne, sous peine de s’exposer au pire…

Réagir