• Les Bourguignons et leur ouvreur Brechenmacher se sont qualifiés contre Chambéry au bout des prolongations. Photo DR
    Les Bourguignons et leur ouvreur Brechenmacher se sont qualifiés contre Chambéry au bout des prolongations. Photo DR
Publié le / Modifié le
Fédérale 1

Mâcon veut son trophée

Les Bourguignons sont à une marche d’un titre qu’ils attendent depuis des années. ce serait une belle consécration pour tout un groupe.

Écrasés par la chaleur et 100 minutes d’efforts, les Mâconnais sont allés très loin dans le dépassement physique face aux Chambériens (22-19). Cela leur a permis de valider un billet pour la finale du challenge Yves-du-Manoir. Habitués à faire durer le plaisir, les Bourguignons devront encore faire quelques efforts face aux Charentais de l’Union Cognac-Saint-Jean-d’Angély. "En trois saisons, nous jouons une finale face à Rouen, une demi-finale la saison dernière et une nouvelle finale cette année, apprécie Alain Piguet, président de retour aux manettes du club. Ce que nous attendons désormais, c’est le bouclier ! Cela nous ferait un trophée que nous espérons avec impatience."

Mâcon fait désormais partie des solides équipes de Fédérale 1, mais son armoire à trophée est encore peu garnie. "Ce serait beau que ce groupe laisse une marque dans le club et ne se contente pas de "jouer" une finale, souligne le capitaine Pierre Birembaut. Celle perdue contre Rouen nous a laissé des regrets, mais elle va servir." Les plus jeunes aimeraient aider leurs aînés à accrocher ce trophée. "Il faut tout donner, s’accrocher, s’enthousiasme Guillaume Moroldo. Il reste une seule marche avant de toucher le trophée. Le remporter est important pour faire plaisir aux "anciens" de l’équipe qui étaient là lors de la finale perdue." L’enthousiasme des joueurs de Benjamin Noirot est à la mesure de la hargne dont ils font preuve sur la pelouse. Pourtant, tout n’avait pas bien commencé cette saison, avec trois revers d’entrée. "Je ne suis pas surpris de l’évolution de l’équipe, note le dirigeant Alain Piguet. Il fallait être patients, la mayonnaise allait prendre." "Nous avons fait un début de saison assez catastrophique et voir que nous sommes encore-là aujourd’hui montre que nous avons du mental et du caractère" estime Julien Perruchoud. L’un des entraîneurs, André Hough résume : "Personne ne pensait que nous arrivions là et c’est une grande fierté de voir l’évolution de l’équipe. Notre groupe est très jeune et nos joueurs ont beaucoup appris cette saison."

Opposition de styles ?

Mâcon a trouvé son rythme en écartant de vieilles connaissances, des équipes qui figuraient dans sa poule. Désormais, place à une grande nouveauté. "Nous découvrons notre adversaire, apprécie le capitaine Pierre Birembaut. Il y a un côté excitant. Ils ont fini meilleur troisième sur toutes les poules." La séance vidéo a été enrichissante mardi. "Stratégiquement, nous avons analysé ce qu’il faut, estime l’entraîneur des arrières André Hough. C’est l’équipe qui tiendra le mieux le ballon qui va l’emporter. Contre Chambéry, nous avons eu une très bonne défense et il faut désormais améliorer les détails sur le plan offensif." Le technicien est pragmatique au moment de comparer les deux équipes. "Physiquement, ils sont très costauds, énonce-t-il. Je pense que nous sommes un peu plus joueurs. Maintenant, il faudra surtout être le plus intelligent." Et s’il faut aller au bout du suspense, les Mâconnais ont désormais l’expérience pour repousser leurs limites.

Midi Olympique
Réagir