Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Saga Amateurs - Marcq-en-Baroeul : Un nouveau pacte

Après la sanction administrative, les Marcquois ont décidé de repartir ensemble pour viser une montée en Fédérale 1.

L’effectif de Marcq-en-Barœul n’a donc pas été touché par l’épisode de la non-qualification pour faute administrative. À l’exception de l’arrière Sébastien Kairet, qui a décidé de rejoindre Roubaix, tous les autres équipiers se sont réengagés en faveur du club nordiste malgré les sollicitations nombreuses dont ils ont été l’objet. Premiers de poule et promis à la montée en Fédérale 1, ils devaient vivre une saison de consécration. Mais le déficit de 45 000 euros épinglés par la fédération avait provoqué leur éjection des phases finales.

Journée continue

Victime d’une légèreté de leurs dirigeants, la question de la stabilité de ce groupe s’était posée. Tous les joueurs ont décidé de prolonger leur aventure auprès de leur manager Philippe Caloni, à la faveur d’une réorganisation du fonctionnement de l’équipe. «Soit cela pouvait se faire et nous pouvions voir une évolution du projet, soit il aurait été compliqué de repartir», expliquait Philippe Caloni après avoir obtenu de ses dirigeants le financement d’une demi-journée de travail hebdomadaire.

Elle aura lieu tous les mardis matin. Les Marcquois y concentreront telles les équipes professionnelles, séances de musculation, de vidéo et de terrain, sur le principe des journées continues entrecoupées de collations. La saison prochaine en Fédérale 2, dans cette division que cette équipe a déjà dominée, elle se présentera avec des moyens de travail encore supérieurs. Les dirigeants marcquois sont allés débourser à peu près une centaine de milliers d’euros pour financer cette modification de fonctionnement. Les joueurs ont été contractualisés sur cette demi-journée pour laquelle ils ont obtenu des bons de sorties de leurs employeurs.

L’arrière Sébastien Kairet n’ayant pas obtenu d’arrangement avec son entreprise, il a été contraint de partir à Roubaix. «C’est dommage, nous voulions absolument qu’il reste, a commenté Philippe Caloni. Mais ce n’était vraiment pas possible dans cette configuration, qui nous fait franchir un pas vers la professionnalisation vers laquelle nous tendons.»

Autre changement à prévoir : la gouvernance. Les Marcquois devraient officialiser des modifications, demain, lors de leur assemblée générale. La sanction fédérale les a conduits à penser différemment l’encadrement administratif.

Quelques chiffres

Date de création : 1971.

Nombre de licenciés : 550.

Plus haut niveau atteint : Fédérale 2.

Budget : 1 001 000 euros.

En 2018-2019 : 1er de la poule 1 de Fédérale 2, non qualifié en raison d’une sanction fédérale touchant un déficit de 45 000 euros constaté sur la saison précédente.

Midi Olympique
Réagir