Publié le / Modifié le
Pro D2

Ligne par ligne - Biarritz : des joueurs revanchards !

Arrières > Ximun Lucu sort de sa meilleure saison avec le BO. Il tâchera d’en faire une nouvelle, dans la lignée et son principal concurrent sera Charles Bouldoire qui, a contrario, a connu une grosse blessure l’an dernier. L’ancien Rochelais, qui n’a disputé que six matchs sous ses nouvelles couleurs, voudra faire parler ses qualités offensives et, enfin, enchaîner les matchs sans problème.

Ailiers > Détesté par les défenses adverses, Benoît Lazzarotto, qu’on ne présente plus, sera un des meilleurs atouts offensifs du BO. Il sera pour autant talonné de près par son compère Yohann Artru qui fut, à n’en pas douter, l’ailier le plus régulier l’an dernier. Le talentueux, mais souvent blessé Alexandre Nicoué, cherchera à se faire une place au soleil. Il en a, en tout cas, les capacités. Steeve Barry, qui sort d’une saison quasi blanche à La Rochelle (un match joué), vient se relancer sur la Côte. Sa polyvalence et ses qualités acquises à sept plaideront en sa faveur. Gavin Stark débarque d’Otago où, lui aussi, n’a disputé qu’une rencontre l’an dernier. Enfin, le jeune fidjien Isimeli Kuruibua pourrait faire quelques feuilles de match.

Centres > S’il est épargné par les pépins physiques, le surpuissant et polyvalent Leone Ravuetaki fera des ravages cette saison, puisqu’il est un des meilleurs finisseurs de ce championnat. Il faudra également se méfier de Jarrod Poï, très bon avec le ballon, lorsqu’il est en pleine possession de ses moyens. Romain Lonca, lorsqu’il sera rétabli de sa blessure à l’épaule, revêtira un maillot qu’il a porté dans sa jeunesse et amènera toute son expérience de Top 14. Ancien Bordelais, lui aussi, et capitaine des espoirs de l’UBB, Lucas Lebraud vient remplacer Théo Dachary. Ilian Perraux, dans un rôle de cinq-huitième, a un profil intéressant pour amener de l’alternance et un brin d’incertitude. François Vergnaud, qui a montré des choses intéressantes sur le peu de matchs disputés l’an dernier, tâchera de se montrer davantage. Prévus pour jouer avec les espoirs, les jeunes Tom Redon et Ciarana Breen devront patienter.

Ouvreurs > Fragilisé par deux blessures à l’épaule, Pierre Bernard a très peu joué l’an dernier. Pour autant, le joueur expérimenté, doté d’un jeu au pied précis, reste une des valeurs sûres de la division. Nick Smith, capitaine de Biarritz Gavekal pendant le tournoi de rugby à 10 disputé à Hong Kong en avril dernier, va découvrir un nouveau championnat et entrera dans la rotation. Enfin, Gaëtan Robert, embêté par une pubalgie une partie de la saison passée, pourrait se mêler à la danse.

Demi de mêlée > Qui sera l’élu pour remplacer Maxime Lucu à la mêlée ? Auteur d’une belle seconde partie de saison, Gauthier Doubrère a une vraie carte à jouer. D’autant plus que l’ancien Bordelais part avec une longueur d’avance puisqu’il connaît une partie du groupe. Mais la concurrence sera rude avec le franco-irlandais James Hart qui, bien que peu utilisé dans son ancien club du Munster, possède une solide expérience du haut niveau en plus d’être un excellent buteur. Le jeune Barnabé Couilloud, qui arrive en provenance de Lyon et Théo Dassance, issu du centre de formation, se partageront la troisième place et devraient découvrir le Pro D2. À moins que le transfuge d’El Salvador Rugby, Kerman Aurrekoetea, ne leur grille la politesse.

Numéros 8 > Malgré ses 33 ans, le puissant Felipe Manu, pièce maîtresse du vestiaire, apparaît comme un élément clé du huit de devant rouge et blanc. Un Australien, en la personne de l’ancien Bordelais Leroy Houston, viendra lui prêter main-forte au poste. Enfin, on prend le pari que le Géorgien Tornike Jalagonia, dynamique et intéressant en espoir l’an dernier, fera ses premiers matchs avec les professionnels.

Troisième ligne aile > Jusqu’où ira Adam Knight ? Malgré une blessure qui lui a fait manquer un tiers de la saison dernière, le Néo-Zélandais a impressionné son monde. Rebelote cette année ? Dans un même registre de troisième ligne "coureur", l’ancien Massicois Steven David va essayer de passer un nouveau palier. L’Irlandais David O’Callaghan apportera tout son savoir-faire emmagasiné pendant les huit ans passés au Munster. L’Espagnol Asier Usarraga sera une nouvelle fois chargé de faire la guerre des rucks. Enfin, le tout récent champion du monde des moins de 20, Mathieu Hirigoyen, est appelé à franchir un cap cette saison, tout comme son ami Sven Girlando.

Deuxième ligne > Un seul arrivant dans la cage rouge et blanche. Il s’agit du tout jeune Dries De Keyser, 18 ans, recruté pour progresser avec les espoirs. Pour les autres, on retrouvera le guerrier Edwin Hewitt, le "tracteur" Jean-Baptiste Singer, le puissant Johan Aliouat et l’aérien Léo Bastien. Le Sud-Africain Heath Backhouse continuera à emmagasiner de l’expérience.

Piliers > Arrivé en provenance de Montpellier après sept ans passés dans l’Hérault, Yvan Watremez va retrouver le club avec lequel il a fait ses débuts chez les professionnels. Sauf que depuis 2012 et la date de son départ du BO, Watremez en a fait du chemin et il revient avec l’étiquette d’un pilier aguerri. Thomas Synaeghel, véritable leader de combat apprécié d’Aguilera, sera là pour l’épauler à gauche. Le jeune Ximun Bessonnart, touché aux ligaments croisés en début de saison dernière, pourrait regoûter au Pro D2 l’an prochain. Le polyvalent Guy Millar, qui peut évoluer des deux côtés de la mêlée, sort d’une première saison pleine avec le BO. Il tâchera de poursuivre dans la lancée. L’international Fidjien Kalivati Tawake, qui a peu joué en 2017-2018, a pu montrer sa résistance en mêlée fermée. Il faudra donc le surveiller de près. Victor Delmas arrive de Bath pour se relancer sur la Côte et sera en concurrence avec Vakhtangi Akhobadze. Les jeunes Javier Prieto et Giorgi Nutsubidze pourraient découvrir le niveau Pro D2. Les prometteurs Baptiste Erdocio et Lucas Santamaria joueront en espoir.

Talonneurs > Bien malin celui qui peut définir, aujourd’hui, une hiérarchie au poste. L’expérience parle pour Elvis Lévi, mais ce dernier sort d’une saison blanche (touché aux ligaments croisés, il n’a disputé qu’un match) et son indiscipline peut, parfois, porter préjudice à l’équipe. Romain Ruffenach, après s’être aguerri en Top 14, a toutes les cartes en main pour prendre les clés du camion (lire le portrait), mais gare à Lucas Peyresblanques. Dynamique dans le jeu avec ballon, l’ancien international moins de 20 ans qui a décidé de rester à Biarritz malgré les sollicitations va poursuivre sa belle progression.

Pablo Ordas
Réagir