• "Je dois être un des leaders"
    "Je dois être un des leaders"
Publié le / Modifié le
Entretiens

Sean Dougall : "Je dois être un des leaders"

Sean Dougall - Troisième ligne de Valence-Romans L’ancien Palois sera une caution d’expérience pour le promu.

La signature de l’ex-Palois a été la belle surprise du recrutement de l’entente. Le troisième ligne aile évoluait à Pau depuis 2015 (plus de 50 matchs en Top 14). C’est le joueur qui va apporter une plus value au collectif drômois. Le contact avait été pris il y a plusieurs mois, nous a confirmé le manager général Johann Authier : "Les contacts avec Sean ont été établis très tôt. Nous savions que Pau ne le conserverait pas dans son effectif. Dans l’attente du résultat sportif, le contact a été gardé. Quand l’accession en Pro D2 a été actée, j’ai immédiatement repris contact. Sean est venu visiter les installations, le projet lui a été présenté et il a adhéré. C’est un joueur authentique, humble, expérimenté, avec de nombreuses qualités sportives. Il sera un des leaders par l’exemple sur le terrain."

L’Irlandais a déjà pris ses marques. Il est déjà adopté et il impressionne par son professionnalisme. Régis Lantheaume, préparateur physique : "Dix jours, c’est court pour porter un jugement, mais suffisant pour se faire une idée. Sean, c’est un mec bien. Il est porteur de valeurs, et il est très professionnel, à l’écoute. Il est arrivé affûté. Je le répète, c’est un grand professionnel." Le son de cloche est à l’identique chez Greg Tournayre (entraîneurs des avants) : " C’est indéniable, Sean sera un plus le pack et l’équipe. Il a rapidement pris ses marques. Son expérience, son vécu du haut niveau, son exemplarité, ses valeurs auront un fort impact sur le groupe."

Pour Sean Dougall, l’intégration se passe au mieux.

Comment se passe votre intégration au bout de dix jours de préparation ?

Oh très bien. Le groupe qui a été conservé à 85 %, permet une bonne intégration pour les nouveaux. La présence de Peter Saili (ancien joueur de Pau) est aussi une aide précieuse. L’ambiance est excellente. Johann m’avait présenté le projet. Je m’étais renseigné auprès de personnes connaissant le club, la région. Je sais que c’est une terre de rugby. La ferveur est présente. Je suis très agréablement surpris par l’organisation, la volonté d’aller de l’avant. C’est très professionnel.

Passer du Top 14 à la Pro D2, de plus chez un promu, c’est un sacré challenge ?

Oui, c’est un nouveau challenge, très excitant. Je savais que rester à Pau serait compliqué pour plusieurs raisons. C’est le sport. Mon choix peut paraître surprenant. Il est réfléchi. Je le répète, c’est un club structuré, organisé. Oui, c’est un beau défi à relever, un nouveau staff, de nouvelles structures… je suis prêt à le relever. C’est aussi un challenge sur le plan familial. Avec mon épouse, nous nous plaisions dans le Sud-Ouest. Ce fut un crève-cœur de quitter la région. Et c’est aussi une belle surprise, la Drôme est un département agréable. Il fait plus chaud, j’ai pu le ressentir lors des premiers entraînements avec la canicule (sourire).

Le challenge à relever sera personnel, mais aussi collectif ?

Bien entendu, pour un promu, c’est le maintien. C’est clair. Je ne connais pas le Pro D2. C’est un championnat relevé, long. Les matchs faciles n’existent pas. Pour revenir à mon nouveau club, j’avais suivi la finale du challenge Jean-Prat face à Rouen, cette équipe a des qualités, avec l’excellent recrutement effectué, nous pouvons réaliser cet objectif. Le staff connaît bien ce niveau, pour y avoir joué ou déjà entraîné. Le fait d’avoir conservé une grande partie du collectif va permettre une bonne cohésion dès l’entame du championnat.

L’attente va être énorme en rapport à votre statut ?

Oui, c’est indéniable. Je dois l’assumer et je ferai le maximum pour réussir. Je vais mettre mon expérience au service de l’équipe. Je dois être un des leaders par mon vécu et je ferai en sorte de donner l’exemple tout en me fondant dans le collectif. Sur le terrain, je suis un "gratteur", j’aime le combat, plaquer, mais aussi me déplacer, et le jeu… J’ai le sentiment que je vais me plaire dans cette équipe. Je découvre, j’écoute, je vois, j’analyse, je suis dans une période d’adaptation, je le répète tout se passe bien.

Vous avez évolué trois années au Munster (2012-2015), que vous a apporté ce passage dans la province irlandaise ?

Oh le Munster, c’est une équipe structurée où le collectif prédomine, avec un état d’esprit remarquable. C’est clair, cela m’a beaucoup apporté sur le terrain, la discipline, le goût de l’effort, se fondre dans le collectif… Mais, c’est aussi une bonne école de la vie.

"Sur le terrain, je suis un "gratteur", j’aime le combat, plaquer, mais aussi me déplacer, et le jeu… J’ai le sentiment que je vais me plaire dans cette équipe."

Sean Dougall

Troisième ligne de Valence-Romans

Denis Ravanello
Voir les commentaires
Réagir