• Tournoi de Colomiers : la France difficile vainqueur du Portugal lors du dernier match des phases de poule du Tournoi de qualification olympique
    Tournoi de Colomiers : la France difficile vainqueur du Portugal lors du dernier match des phases de poule du Tournoi de qualification olympique Patrick Derwiany / Midi Olympique - Patrick Derwiany / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Tournoi de Colomiers

La France assure l'essentiel

France, Angleterre, Espagne et Irlande : les favoris ont globalement été au rendez-vous de la première journée du tournoi de qualification olympique de Colomiers, ce samedi. L'acte II promet d'être dantesque en vue de l'attribution du ticket pour les jeux Olympiques de Tokyo. Les Bleus débuteront leurs phases finales face à la Géorgie.

Têtes de série numéro 1 du tournoi de qualification olympique de Colomiers, les Bleus ont assumé leur statut, ce samedi, en terminant premiers de la poule A. Non sans frayeurs, toutefois : après deux premières parties plutôt maîtrisées devant la Hongrie (42-0) et l'Italie (34-10), ils ont souffert devant le Portugal (10-5). « Nous avons pris un bel avertissement mais l'essentiel est assuré avec la qualification », résumait Stephen Parez au coup de sifflet final.

Les hommes de Jérôme Daret affronteront la Géorgie en quart dimanche matin. Pour atteindre leur but final, à savoir la victoire et la qualification directe pour les JO de Tokyo, les Tricolores devront hausser leur niveau de jeu. S'ils ont globalement dominé leurs adversaires, leur copie a été émaillée de maladresses et de moments d'égarement. « L'état d'esprit est très positif mais il faut optimiser la communication, analysait l'entraîneur. Les joueurs doivent se libérer et chercher la bonne pression. »  «  Il faudra aussi être plus agressifs en défense et progresser dans la conservation, ajoutait Jean-Pascal Barraque. L'équipe a été trop fainéante dans les déplacements de manière générale » Ca ne pardonnera pas face aux tout meilleurs.

L'Espagne, la demie-surprise

En face, la concurrence a plutôt montré de belles choses. L'Angleterre, en quête de confiance après une deuxième partie de saison mitigée, a montré un visage serein. Auteur d'une entrée en matière tranquille devant la Lituanie (40-0), elle a été quelque peu chahutée par la Géorgie (24-5) mais a retrouvé de sa superbe devant l'Allemagne (31-7). Une prestation comme un avertissement à l'Europe du 7 : la bande du redoutable Dan Norton reste une menace de tout premier plan. L'Irlande avait réalisé l'entame la plus convaincante devant l'Ukraine (41-0) puis la Russie (52-14) mais a été contrainte au partage des points devant l'Espagne (17-17). Finalistes du tournoi de Moscou face à la France, le supersonique Jordan Conroy et ses partenaires doivent se contenter de la deuxième place de la poule B. Méfiance tout de même : ils possèdent le potentiel pour surprendre toutes les nations européennes.

La demie-surprise du jour est donc venue de l'Espagne. Impériale devant la Russie (47-0) et l'Ukraine (40-5), la Roja a rivalisé avec la sélection du Trèfle, après avoir compté dix-sept points d'avance. Entre les trois favoris français, anglais et irlandais, elle se pose plus que jamais en trouble-fête. Ce tournoi de qualification olympique devrait, selon toute vraisemblance, sacrer un de ces quatre prétendants. La deuxième journée débutera, dimanche, à 11 heures, par les quarts du tableau principal, mais les choses très sérieuses commenceront à 15 heures avec les demi-finales. Si la hiérarchie est respectée, le public du stade Michel-Bendichou pourrait assister à de croustillantes affiches France-Espagne et Angleterre-Irlande (sous réserve d'officialisation). Pour rappel, le premier de l'épreuve va à Tokyo ; les deuxième et troisième vont en repêchage ; les autres regarderont les JO à la télé. Le dénouement promet d'être riche en frissons.

Réagir