• Valery Morozov, quand il évoluait encore au pays. Photo DR
    Valery Morozov, quand il évoluait encore au pays. Photo DR
Publié le / Modifié le
Russie

La star : Valery Morozov, un requin dans le grand bain

Ce grand espoir est le seul joueur du groupe élargi retenu en vue du mondial à évoluer à l’étranger. aux sharks, en Angleterre, où il a fait forte impression en seulement quelques mois.

En France, Valery Morozov (24 ans) reste un illustre inconnu. Mais outre-Manche, le nom du pilier gauche a gagné un début de renommée en seulement quelques mois. En décembre 2018, le joueur de Enisei Krasnoïarsk a rejoint les Sale Sharks. Dans le nord de l’Angleterre, l’ancien volleyeur (il mesure 1,91 m), formé comme troisième ligne centre avant d’être repositionné comme pilier, s’est rapidement affirmé comme une très bonne pioche. "C’est un joueur à la fois dynamique et puissant en mêlée, très complet, doté d’une technique individuelle appréciable pour son poste, apprécie Steve Diamond, son entraîneur dans la banlieue de Manchester. Vadim Cobilas et Andrei Ostrikov nous avaient fait part des ses qualités et cela fait plus d’un an que nous avions un œil sur lui." Le première ligne s’était signalé en Challenge Cup, grâce à des prestations convaincantes face à La Rochelle ou Bordeaux-Bègles, notamment, et avait aussi attiré l’attention sur lui grâce à un essai de quatre-vingts mètres inscrit en Continental Shield (la trosiième Coupe d’Europe) en 2018. Dès ses premières rencontres de Premiership, il a tenu ses promesses et donné satisfaction à ses entraîneurs. Entre février et mai, Valery Morozov a été aligné à huit reprises en championnat. Avec, à la clé, un essai et surtout un titre d’homme du match face à Leicester, le 9 mars.

Sélectionné pour la première fois le 11 novembre 2016, à Hong Kong, à l’occasion d’un test-match contre le Zimbabwe, Morozov s’est logiquement imposé comme un des hommes de base de sa sélection. Il compte désormais dix-sept apparitions sur la scène internationale, la dernière remontant au 17 mars face à la Géorgie (6-22). Ce jour-là, le Sharks rivalisa en mêlée avec Levan Chilachava. Au Japon, cet automne, il aura l’occasion de montrer l’étendue de ses qualités au plus grand nombre.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir