• Autour de Sébastien Rouet, les Gruissanais sont encore prêts,cette saison, à jouer les trublions. Photo A. Camblor
    Autour de Sébastien Rouet, les Gruissanais sont encore prêts,cette saison, à jouer les trublions. Photo A. Camblor
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Saga Amateurs - Gruissan : Continuer à grandir

Champion de France de Fédérale 3 il y a une saison, l'Aviron est passé tout près d'une seconde accession en deux ans.

Gruissan a le vent en poupe. Il surfe encore sur son titre de Fédérale 3 d’il y a un an. Cette année, l’Aviron a bousculé la donne jusqu’à faire perdurer durant toute la saison régulière une invincibilité de plus de deux saisons à Mateille et à se retrouver à une marche d’une accession en Fédérale 1 face à Châteaurenard. "L’histoire est belle, on n’avait plus envie de se quitter", sourit, aujourd’hui, son patron Jean-Pierre Grand. Finalement, Gruissan a chuté. "Ces deux derniers revers face à Châteaurenard sont anecdotiques relève l’un de ses techniciens Thomas Clavière, cela reste une belle saison." "On est allé au-delà de nos espérances et, sur la fin, on a explosé physiquement, on était au bout du bout", reconnaît l’ancien Narbonnais Christophe Pibouleu.

Deux mois ont passé. L’intersaison a été compliquée. Gruissan a conservé 90 % de son effectif, mais il lui a fallu faire des choix au sein d’un groupe finalement plus étoffé. Et si ses piliers Renaud Palomera et Arnaud sont toujours là, Franck Teyssier, à 37 ans, a mis un terme à sa carrière. "Il va falloir trouver le bon amalgame entre une jeunesse ambitieuse et des éléments plus matures, mais je crois que l’on sera plus fort", escompte Christophe Pibouleu. Le proche futur le confirmera. Ou pas.

Le play-off, un minimum

Dans le bassin narbonnais, on est bien conscient que Gruissan va devoir assumer son nouveau statut. Qu’il sera attendu et qu’il va devoir montrer davantage de certitudes en voyage s’il veut jouer les premiers rôles. Officiellement, l’objectif est bien de se mêler à un nouveau play-off. "C’est un minimum" avoue Christophe Pibouleu. En creux, il s’agit "de viser les deux premiers rangs. On est sur un temps fort, il faut en profiter, avoue le technicien, mais avec Grasse et la Seyne, la tâche sera ardue." "Cette année, tout le monde s’est armé… Pour finir dans les six, cela va se jouer à pas grand-chose ", croit savoir Jean-Pierre Grand. Plus globalement, il s’agit pour le club de continuer à grandir, "de surfer sur la vague actuelle, mais aussi, les pieds bien ancrés au sol, de conserver la tête sur les épaules et de stabiliser le club dans cette Fédérale 2 espère, Christophe Pibouleu qui ne cache pas songer, parfois, à la Fédérale 1. "On y pense un peu, on a bien été à deux doigts d’y parvenir cette année", glisse-t-il avant de boucler : "Mais a-t-on les structures et le budget pour y accéder ?"

Quelques Chiffres

Date de création : 1922

Nombre de licenciés : 240

Plus haut niveau atteint : Fédérale 2.

Palmarès : champion de France de Fédérale 3 (2018).

Budget : 380 000 €.

En 2018-2019 : Fédérale 3, 3e de la poule 4, éliminé en huitième de finale du championnat de France par Châteaurenard, maintenu.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir