• Clovis Le Bail de la Section paloise
    Clovis Le Bail de la Section paloise Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Section Paloise

Test-match amical

C’est déjà l’heure. Après quatre semaines passées à suer sous des chaleurs torrides, les joueurs de la Section Paloise retrouvent les terrains ce samedi à Ger face à Mont-de-Marsan. Quatre semaines d’une préparation physique intense ponctuée par un stage dans le Bassin d’Arcachon, à la Teste-de-Buch.

"C’est une période un peu difficile. On sait très bien qu’on commence à tirer un peu sur les organismes. On va couper une semaine après ce match, le but c’est d’avoir un rebond physique après cette coupure. On est en plein effort physique. Ce sont des efforts fatigants mais gratifiants aussi, ça se passe bien", résume Frédéric Manca, entraîneur des lignes arrières paloises.

Les objectifs de ce premier match de préparation (avant ceux face à Bayonne puis au Racing) sont simples : valider la préparation physique, mettre en place les premiers points techniques travaillés et donner du temps de jeu à tous. "L’idée c’est de faire jouer un maximum de joueurs mais aussi de n’épuiser personne, poursuit Frédéric Manca. J’attends de voir des garçons qui ont envie de bien faire et de bien se comporter en équipe. Il y a souvent du déchet dans ces matchs-là parce que tout le monde a des problèmes de timing ou d’excitation lorsqu’il a le ballon en main, on va éviter d’en retrouver. Ce sont des matchs particuliers et le premier notamment."

Des choix ambitieux pour Mont-de-Marsan

Cinquième de Pro D2 l’an dernier, Mont-de-Marsan a choisi cette année de n’affronter que des pensionnaires du Top 14. Après ce premier test face à Pau, les Montois iront défier Agen (le 2 août) puis Castres (le 8 août). Des choix ambitieux, "trois matchs importants à nos yeux pour mobiliser les joueurs et pour se jauger", explique David Auradou, entraîneur des avants du Stade Montois. Mais alors pourquoi n’affronter que des clubs de l’élite ? "Depuis quelques années, on affrontait un adversaire de Fédérale 1, un de Pro D2 et un issu du Top 14. Mais avec tout le respect qu’on a pour les clubs de Fédérale 1, on s’aperçoit qu’ils débutent le championnat plus tard et qu’ils n’ont que deux semaines de préparation derrière eux contre un mois minimum pour nous. On était en décalage."

Les affrontements face à des rivaux directs de Pro D2 n’apportaient pas, eux non plus, suffisamment de garanties sportives. "Quand on choisit d’affronter des équipes de Pro D2 on ne sait jamais quand va tomber le calendrier, on a une chance sur deux de les jouer dans les premières journées et très souvent ça fausse un peu les matchs amicaux", justifie David Auradou. Les Montois, qui ont repris le 24 juin dernier, vont donc pouvoir valider leur travail physique et commencer à construire et mettre en place certains points techniques et tactiques travaillés depuis un mois. Tout en faisant jouer près de 35 joueurs : "On s’est mis d’accord pour jouer deux fois 40 minutes avec un changement d’effectif complet à la mi-temps", détaille l’entraîneur montois.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir