• Des Arlésiens soulagés d’avoir assuré leur maintien après leur succès face à Salon-de-Provence. Photo DR
    Des Arlésiens soulagés d’avoir assuré leur maintien après leur succès face à Salon-de-Provence. Photo DR
Publié le / Modifié le
Reportages

Arles : sans aucune gourmandise

Pour son retour dans l'élite territoriale, le club provençal a fait le job en bouclant à un poil d'une phase finale porteur d'espoirs.

"Nous sommes montés puis maintenus : nous avons respecté notre objectif." Le patron arlésien Daniel André est tout sourire : "Sans ce point de pénalité, on jouait le play-off… Mais c’est ainsi." Sur les bords du Rhône, on peut aussi toujours regretter le faux pas du mois d’octobre face au Smuc mais il n’est pas question de vouloir se hausser du col plus que de raison. "Nous ne sommes pas gourmands; il faut rester modeste", glisse encore le patron du club. Jacques Mastrantuono, l’un de ses techniciens, ne dit pas autre chose : "Comme promu, on avait l’effectif pour finir à cette place. Le play-off aurait été du bonus mais on aurait croisé Genève en 32e de finale… Du coup, c’est une saison réussie." Et finalement porteuse d’espoirs au moment de plonger dans un nouvel exercice.

Boucler dans les quatre

On tourne donc la page. Du côté du stade des Cités, les Arlésiens ont repris, il y a deux semaines, le chemin de l’entraînement. Son staff technique s’est étoffé et a connu une redistribution des cartes. Si Laurent Claron met le rugby entre parenthèses et si Romain Ravel prend le chemin de Beaucaire, Jacques Mastrantuono va pouvoir compter avec Marc Traverso, Florent Roujon et Xavier Gousse et, comme préparateur physique, avec Denis Delgado. Au-delà, les Arlésiens pourront encore s’appuyer sur l’expérience, à 37 ans, de leur inoxydable pilier Frédéric Noël mais aussi sur leur flanker Fouad Chennouf ou sur leur métronome et ouvreur Emmanuel Berruyer. De même que sur deux ou trois recrues en provenance de Saint-Rémy, Le Pontet, Tarascon ou Saint-Gilles, des jeunes passés par la section étude du lycée Pasquet et issus de sa formation. Ou encore sur le retour à la maison de quelques anciens. Comme un mélange de jeunesse et d’expérience. Et tant pis, si Arles va peut-être devoir se passer de son jeune troisième ligne Matthis Barou. Derrière le rugby, il y a parfois des études à poursuivre ailleurs…

Du reste, à Arles, on ne tire pas de plan sur la comète. Pas question pour les Jaune et Bleu de songer à la Fédérale 3. "On y pense toujours un peu", sourit Jacques Mastrantuono. Sauf, que financièrement, le club n’en a tout bonnement pas les moyens. " Dans cette poule, a priori, homogène, nous serons juste candidat à boucler dans le carré de tête", boucle le technicien bucco-rhodanien. Il n‘y a plus qu’à.

Rugby club arlésien XV

Date de création : 1959

Nombre de licenciés : 350

Plus haut niveau atteint : Fédérale 3 (2006-2007 et 2011-2012)

Palmarès : champion de Provence Première Série (1978), Promotion Honneur (1979), Deuxième Série (1993), Troisième Série (1991), réserves Honneur (2011, 2015), réserves Promotion Honneur (2017, 2018)

Budget : 120 000 €

En 2018-2019 : Honneur, 5e de la poule unique Provence-Alpes-Côte d’Azur, maintenu

Olivier Gagnebien
Voir les commentaires
Réagir