• Les Biarrots auront en ligne de mire samedi soir de mettre en pratique leurs nouveaux principes de jeu travaillés durant cette intersaison.
    Les Biarrots auront en ligne de mire samedi soir de mettre en pratique leurs nouveaux principes de jeu travaillés durant cette intersaison. PhotoBernard - PhotoBernard
Publié le / Modifié le
Matchs Amicaux

Matches amicaux de Pro D2 : place au jeu !

Biarritz lance sa saison samedi soir, à 20h30, en recevant Soyaux-Angoulême. Aurillac accueille Bourgoin ce vendredi dès 18h30, pendant que Valence-Romans se déplace à Châteaurenard  à 19h30 pour y affronter Aix-en-Provence.

Biarritz - Soyaux-Angoulême : place au jeu !

Depuis les hauteurs de Saint-Lary, Biarritz voit le bout du tunnel. Après deux mois de travail, le rugby pointe (enfin) le bout de son nez. À vrai dire, les Rouge et Blanc ont touché du ballon tôt, dès leur reprise. Mais rien ne remplace le terrain, le vrai. Et justement, ils retrouveront la compétition samedi soir, contre Soyaux-Angoulême. Matthew Clarkin le sait, il ne tirera pas de grands enseignements de cette première rencontre de la saison. Néanmoins, elle va permettre à ses joueurs de se remettre dans le bain, avant le premier rendez-vous important fixé le 25 août dans le Cantal. "Ces matchs amicaux sont souvent très hachés au niveau technique, ça manque de détail reconnaît le directeur sportif du BO. Mais encore une fois, je veux que nous ayons envie de jouer avec beaucoup d’intensité et de déplacement. On sait que dans un premier temps, offensivement ou défensivement, tout ne sera pas en place. Mais on accordera beaucoup de valeur à l’effort effectué."

Aliouat forfait, Bernard bientôt espéré

Ce week-end, à travers un format de 4 fois 20 minutes, ce sont entre 34 et 36 joueurs qui seront testés par l’encadrement rouge et blanc. Johan Aliouat (entorse de la cheville) n’en fera pas partie. Pierre Bernard, encore un peu limite avec son épaule, devrait être opérationnel la semaine suivante. Pour les autres ? Certains découvriront ce stade Aguilera, d’autres le retrouveront. "J’espère que les recrues auront cette envie-là de l’emporter dans leur nouvelle enceinte. Il faut que cette volonté de gagner soit toujours présente chez les joueurs, rappelle Clarkin. Après, honnêtement pour moi, le résultat d’un match amical est symbolique. Même si en cas de victoire, ça restera un élément positif pour le groupe. Gagner, ça s’apprend ! Donc sur chaque occasion que l’on aura, il faudra travailler de façon à aller chercher un succès." Sur l’aspect tactique, également, les protégés du duo Nadau-Sowerby voudront appliquer les nouveaux principes désirés pour la saison à venir. Lesquels, au juste ? "Nous souhaitons jouer avec plus d’intensité. Peut-être plus simplement, mais vraiment avec de la vitesse. Il faut que l’on soit acteur dans le tempo du match, plutôt que de le subir annonce Matthew Clarkin. Nous voulons garder notre jeu ambitieux, ouvert et j’ai mes convictions à ce sujet. Je sais que c’est important de jouer pour gagner et nous avons une équipe largement capable de produire du jeu pour poser problème aux équipes adverses." Samedi, ce n’en sera certainement qu’une ébauche, mais l’UBB suivra ensuite pour une naturelle montée en puissance, avant la reprise du Pro D2 dans trois semaines.

Aurillac - Bourgoin : Pouvoir s'exprimer

Ils leur tardent d’en découdre, du moins, de mettre les pieds sur une pelouse pour enfin jouer, pour enfin avoir une adversité autre que son coéquipier. Comme à chaque début de saison, tout le monde a soupé d’une préparation physique intense, d’une fonte par trop soulevé. Ce soir, c’est enfin jour de match, tout amical qu’il soit, et d’une venue berjalienne qui tombe à pic. Mais que l’on ne se méprenne pas dans ces propos. Ce n’est pas parce que Bourgoin évolue un cran en dessous que les Aurillacois ont le sourire, c’est la perspective pour les joueurs de se défouler, pour le staff de se faire une idée. "J’attends beaucoup d’investissement de la part de chacun. Pour ce premier de nos trois matchs amicaux, on va là s’appuyer sur les jeunes joueurs, les nouveaux venus. Alors forcément il y aura peut-être un manque de liant, mais c’est l’implication qui va compter", précise l’entraîneur Thierry Peuchlestrade. Car on l’aura bien compris, le coach attend de ses hommes qu’ils se dépouillent et sur l’ensemble de la saison. Les attitudes passées n’ont pas encore été digérées. Pas question de revivre cela.

Jouer sur ses qualités

Depuis la reprise fin juin, c’est le mot d’ordre quotidien car les Rouge et Bleu se doivent "d’être présents dans l’affrontement, dans le combat, les zones de combats", prévient le technicien. C’est dans le jeu que les qualités de chacun se dévoileront, "quand aux nouveaux, c’est l’occasion de montrer les leurs". Si on lit entre les lignes, Thierry Peuchlestrade n’attend pas grand-chose niveau côté rugby, toute relativité gardée bien entendu, mais il sera intraitable sur le reste. Ce match entre dans le prolongement de la préparation. Cependant, Bourgoin ne viendra pas dans le Cantal pour trier des lentilles et l’opposition sera là. "Ils voudront prouver qu’ils ne sont pas si loin d’un retour en Pro D2." Même si une opposition en interne, la semaine dernière, a donné quelques enseignements, cela ne vaut pas un match. Qui dit match, dit combat "et dans ce secteur de jeu, Bourgoin va certainement nous proposer ce défi. On va bien voir notre capacité à répondre", espère le technicien.

Aix-en-Provence - Valence-Romans : Les prémices du PRO D2

C’est un duel habituellement promis à la Fédérale 1. Désormais pensionnaires de l’étage supérieur, Aix-en-Provence et Valence-Romans voient se présenter l’opportunité de bien lancer leur saison, avant des retrouvailles prévues début décembre, en marge de la 13e journée de Pro D2. "C’est super de pouvoir se jauger contre Aix, analyse Johann Authier, le manager de Valence-Romans. Ce match doit nous permettre de monter en puissance." Promus, les hommes au damier s’avancent empreints de confiance, sans s’effacer devant la pression propre aux nouveaux venus : l’ambition n’admet pas les faux-semblants. "On est confiant, affirme Johann Authier. On sort d’une superbe saison, on aspire donc au niveau requis pour exister en Pro D2." Cette rencontre prend ainsi des airs de test idéal avant le début du championnat, face à une équipe qui y évolue depuis une saison déjà. Et pour affronter Aix, comme pour appréhender l’avenir, l’état-major drômois mise sur la continuité : "On a gardé 85 % d’un effectif à la hauteur en Fédérale 1, et qui peut encore progresser. On a aussi réussi à recruter les joueurs que l’on voulait." Nicolas Feltrept, 21 matchs la saison dernière sous les couleurs du club, Léandre Cotte, 23 matchs ou encore Thomas Larrieu, 25 matchs, seront épaulés par l’expérimenté Sean Dougall (41 rencontres disputées au Munster et 73 à Pau), nouveau venu sur les bords du Rhône.

Provence Rugby, objectif victoire

Mais Aix-en-Provence n’admet pas l’idée d’une défaite pour ce premier match amical de la saison. Promus en 2018, les joueurs aixois, dixièmes l’an dernier, se sont aisément acclimatés au Pro D2. Une performance que les hommes du manager Fabien Cibray aspirent cette année à égaler. "Dans cette optique, le premier match est important. Il faut valider notre long travail estival par un bon résultat ce soir, affirme ce dernier. On veut d’ores et déjà mettre en place notre jeu, nos systèmes, et juger de leurs efficacités."

Un match pris avec sérieux, face à un adversaire bien connu du manager provençal. "Il y a deux ans, quand j’étais encore joueur, c’était déjà une très bonne équipe qui posait bien des problèmes à leurs adversaires", se souvient Fabien Cibray. " Je connais bien leur manager. Il a déjà gagné le Pro D2, il sait comment l’aborder." Rendez-vous pris en terre connue donc, pour les joueurs frappés du rameau d’olivier. Ce soir, ils ne prêcheront pas la paix, mais promettront bel et bien une guerre sportive à ceux de Valence-Romans.

Pablo Ordas, Jean-Marc Authié et Baptiste Palacin
Réagir