• Le champion du monde moins de vingt ans Giorgi Beria fait partie du groupe qui fait face au Stade rochelais ce vendredi. Il aura une place à jouer au sein de la première ligne clermontoise.
    Le champion du monde moins de vingt ans Giorgi Beria fait partie du groupe qui fait face au Stade rochelais ce vendredi. Il aura une place à jouer au sein de la première ligne clermontoise. DR / DR
Publié le / Modifié le
Match amical

Clermont - La Rochelle : Une histoire de temps

Ce premier amical est l’occasion pour les deux formations de rentrer dans le vif du sujet mais aussi de préparer les jeunes et les recrues.

Le temps passe. Jusque-là, rien d’original. En revanche, parfois, il peut paraître long. Ou à l’inverse, il peut être compté. La fin de saison éprouvante et épuisante (victoire en finale de Challenge Cup, défaite en finale du Top 14) a vraisemblablement laissé quelques traces en Auvergne. Avant de se replonger dans une nouvelle aventure, Clermont s’est donc laissé un maximum de temps pour digérer et se régénérer. «C’était important, il fallait prendre le temps pour souffler», répète Didier Bès, l’entraîneur des avants de l’ASM. Repos aussi bénéfique du côté de La Rochelle après un exercice précédent très long et difficile (37 matchs, un de moins que Clermont) qui a usé les organismes.

En revanche, dans sa préparation, Clermont pourrait manquer de temps. Seulement quatre petites semaines après la reprise de l’entraînement et à un peu plus de quinze jours du début du Top 14 version 2019-2020, l’ASM est dans l’urgence et doit rapidement relancer la machine. Sans se précipiter toutefois. Pour cela, la recette est (re)connue : faire les choses simples, vite, mais les faire bien. «Il n’y a plus le temps de tergiverser. Nous savions que ça se passerait comme ça, que la préparation serait un peu raccourcie. Ce match à Limoges contre La Rochelle est important pour se régler. C’est l’occasion de voir où nous en sommes», explique le technicien clermontois. Du côté rochelais, après une semaine à Mont-Louis puis à Collioure au Centre national d’entraînement commando (du 22 au 26 juillet), les joueurs de Jono Gibbes espèrent valider de la même manière, le travail accompli jusqu’à présent.

Un temps d’adaptation

Coupe du Monde oblige, les staffs clermontois et rochelais devront également composer sans leurs internationaux, a minima (12 du côté de Clermont, 6 du côté de La Rochelle). «Nous avons l’habitude de ces préparations raccourcies mais tous les quatre ans on vit cette situation délicate avec toujours beaucoup d’absents», confie le spécialiste de la mêlée. L’occasion de voir la jeunesse française à l’ouvrage, au moins en début de saison. «Ils auront forcément leur carte à jouer. Mais heureusement ils seront encadrés par les anciens», poursuit l’entraîneur adjoint de l’ASM avant de se montrer rassurant : «C’est un match pour qu’ils trouvent leurs automatismes justement.»

Le match à Beaublanc sera aussi l’occasion de (re) découvrir les nouveaux venus : les talonneurs Facundo Bosch (La Rochelle) et Mike Tadjer (Clermont), mais aussi l’entraîneur irlandais Ronan O’Gara (La Rochelle) qui sera en charge des trois-quarts ou encore l’ouvreur d’origine néo-zélandaise en provenance d’Agen, Jake McIntyre (Clermont) ainsi que les jokers coupe du monde. Bref, une bonne mise en jambes pour ces deux équipes avant des retrouvailles beaucoup moins amicales cette fois, au Michelin, le 25 août prochain, pour la première journée du Top 14. Déjà…

Leny-Huayna TIBLE
Réagir