• Match amical (Benjamin Lapeyre (Castres) contre Bristol
    Match amical (Benjamin Lapeyre (Castres) contre Bristol Laurent Frezouls / Icon Sport / Laurent Frezouls / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Castres - Bristol : retour de flammes

Débarqué in extremis dans le Tarn alors qu’il était sans contrat, l’enfant du pays Benjamin Lapeyre revient plus motivé que jamais dans le club qui l’a vu naître en tant que joueur.

Le retour au CO de Benjamin Lapeyre sera-t-il le sujet de la future belle histoire de la saison castraise ? Beaucoup de pages restent à écrire pour que le conte de fées soit validé, mais la préface de la romance part sur de bonnes bases. Le joueur de 33 ans (il les aura en septembre), sans club en début d’été après que l’ASBH n’a pas renouvelé son contrat, s’est vu offrir une nouvelle chance par le Castres olympique. Le club tarnais, confronté à des absences importantes sur sa ligne de trois-quarts du fait de la Coupe du monde (Benjamin Urdapilleta, Filipo Nakosi, Taylor Paris sont avec leurs sélections, N.D.L.R.), a choisi de faire revenir cet enfant du pays, formé au CO entre 4 et 21 ans, dans le cadre d’un contrat « joker Coupe du monde ». À bien y réfléchir, ce retour au club appartient à une forme de logique. Car dire que Benjamin Lapeyre a le CO chevillé au corps est un euphémisme. Il est le dernier d’une longue lignée de joueurs ayant porté le maillot bleu et blanc de la sous-préfecture tarnaise. Son arrière-grand-père, Pierre, figure sur une des plus anciennes photos d’archive du club, prise en 1924. Christian et Yves, les oncles de Benjamin, ont aussi apporté leur écot à la belle histoire du Castres olympique. Le premier en tant que demi de mêlée, le deuxième plutôt en tant que dirigeant. Roger Lapeyre, le papa de Benjamin, figurait, quant à lui, dans le groupe champion de France 1993. Il avait participé à plusieurs rencontres de la phase régulière. C’était un troisième ligne de devoir qui a fait toute sa carrière dans le Tarn. Enfin, la mère de Benjamin, Christine, fut, plus de 20ans durant, la voix officielle du CO tout en occupant un poste d’intendant auprès des jeunes.

Une faim de cadet

Jeudi soir, pour le deuxième et dernier match amical de Castres, Benjamin Lapeyre s’est montré très en forme. Du haut de toute son expérience, l’homme a une faim de cadet et cela s’est senti lors de chacune de ses prises de balles. Dans un rôle plus anecdotique, il a aussi rassuré face aux perches en réalisant un 100 % (2T, 2P). « J’essaie d’être le plus prêt possible pour le début du championnat et rendre au club tout ce qu’il m’a donné. Je suis vraiment très content de revenir à Castres, c’est un retour à la maison pour moi. » Au moment d’analyser la performance d’ensemble de son équipe, la bombe de l’aile castraise reste lucide : « On a voulu se rassurer et s’est plutôt réussi, prévient-il. On a commis encore quelques petites erreurs, notamment en tombant des ballons, mais il y a aussi du positif. On a su réagir quand nous étions menés, on a marqué des essais, on a mis du rythme. C’est encourageant même si l’on sait que l’opposition offerte par Montpellier sera toute autre ! » Les choses sérieuses commencent ! 

Voir les commentaires
Réagir