• Match amical - Romain Sazy (La Rochelle)
    Match amical - Romain Sazy (La Rochelle) Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

La Rochelle - Agen : prêts pour l'arène !

Vainqueurs d’une équipe agenaise joueuse jeudi à Marcel-Deflandre (35-5), les Rochelais terminent leur préparation avec deux victoires et sont prêts pour le premier rendez-vous à Clermont.

Match amical avez-vous dit ? Foutaises. L’histoire récente commune entre le Stade rochelais et Agen ne laisse pas la place aux tricheries. Depuis une dizaine d’années, Jaune et Noir et Bleu et Blanc ne se quittent que très rarement.Si les Rochelais ont pris une autre dimension depuis quelques saisons laissant les Agenais dans une autre catégorie, la rivalité entre les deux clubs existe bel et bien. Le léger accrochage sentant la testostérone à plein nez entre « gros » au retour des vestiaires n’en est que confirmation. « Avec l’expérience qu’on a et le vécu contre cette équipe, je n’ai pas le souvenir de match facile. Peut-être en Pro D2, non même pas en finale ils étaient revenus et avaient réussi à nous faire peur », se remémore Romain Sazy, le capitaine rochelais qui a prolongé son bail jusqu’en 2022. Le deuxième ligne voit juste et le combat de jeudi soir ne peut pas lui donner tord. Le score est certes large (35-5) mais pas moins flatteur pour des Maritimes qui ont peiné et subi durant une première période ouverte mais pauvre en points (7-5). Alors les Rochelais s’en sont remis aux bases du rugby. Impressionnants en mêlée, supérieurs dans les duels, ils ont finalement fait la différence avec l’expérience et des noms bien connus, Aguillon, Atonio ou James en tête. Ce dernier a d’ailleurs parfaitement réussi son retour dans l’antre de Deflandre après une saison passée chez le voisin girondin. Son association à la charnière avec le jeune Thomas Berjon (17 ans d’écart) est d’ailleurs le symbole de la volonté du staff de Jono Gibbes d’associer jeunesse et expérience. Avec succès pour l’instant.

Le paradoxe de la défense

Bien en place défensivement et c’est peu de le dire face à des Agenais décomplexés en première période, les prémices de l’apport de Ronan O’Gara, ancien entraîneur en charge de la défense du Racing, ont été aperçues sur la nouvelle pelouse hybride du stade Marcel-Deflandre. Un paradoxe reste encore à éclaircir. Car les Maritimes, arc-boutés dans leur camp et privés de ballon pendant la majeure partie du premier acte ont été d’une indiscipline criante (13 pénalités concédées). Viendra le temps d’analyser ces scories inhérentes à ce genre de match « pour préparer au mieux la première journée » comme l’expliquait le manager Jono Gibbes, à chaud. « Ce sont 80 minutes vraiment intéressantes pour le club. Un peu frustrantes mais c’est exactement le but d’un match amical comme cela », analysait-il à l’issue de la victoire. Avant de retrouver Clermont au Marcel-Michelin dans six jours pour le premier grand rendez-vous de la saison, les Rochelais sont prêts. Pour conclure la grande journée de reprise devant son public une nouvelle fois au diapason (12 268 spectateurs), le club avait vu les choses en grand avec un feu d’artifice pour combler petits et grands. Car tous, joueurs, supporters, semblaient se projeter yeux rivés sur les flammes et les pétards dans la nouvelle saison qui les attend. Avec une envie, un souhait commun caché mais bien présent : que le prochain feu d’artifice soit celui du Stade de France en juin 2020.

Paul Arnould
Réagir