Publié le / Modifié le
Pro D2

Nevers - Soyaux-Angoulême : les compteurs à zéro

Après trois revers en préparation, l’équipe bourguignonne veut s’appliquer à bien lancer sa saison dans son antre du Pré fleuri.

La vérité de la préparation n’est pas forcément celle du championnat. Les Neversois espèrent bien mettre en application ce précepte dès vendredi. Ils sortent d’une campagne de trois défaites en autant de confrontations amicales (revers 10-16 devant le Stade français, 31-21 face à Montauban et 21-14 contre Colomiers). Au moins, les Bourguignons ne risquent pas l’excès de confiance. Le manager Xavier Péméja se montre pragmatique : « Sur les deux premiers matchs, il y a vraiment des choses positives, sur le dernier non. Il n’y a pas grand-chose à en sortir. »

L’Uson a eu des problèmes d’effectif chez ses avants et a dû piocher dans sa jeune garde pour compléter son équipe. Avec succès d’ailleurs. Attendu comme pour le prometteur Tarrit, un peu moins parfois comme avec le jeune Plataret. Si les jeunes ont répondu présent, Nevers a besoin que ses cadres tiennent la boutique dès ce premier rendez-vous du championnat avant d’étoffer peu à peu l’équipe avec des retours de blessures.

Jeu en évolution

Cette préparation n’a pas permis à l’Uson d’engranger de la confiance par la victoire mais les Bourguignons ont pu mettre l’accent sur l’évolution de leur jeu. « Sur les deux premières rencontres, il y a longtemps qu’offensivement nous n’avions pas trouvé des opportunités comme cela, apprécie Xavier Péméja. Alors bien sûr, ce sont des matchs amicaux donc il est difficile de juger. » Nevers a aussi été perturbé en conquête mais les absences de certains et l’intégration de jeunes joueurs n’ont pas permis d’afficher le rendement habituel. Toutefois, il faudra que cela soit le cas ce vendredi face au club charentais, qui possède des joueurs très incisifs dans les phases de combat.

Xavier Péméja évoque un premier rendez-vous « à balles réelles » et ne veut laisser aucune brèche dans laquelle pourrait s’engouffrer l’adversaire. « Nous savons que tout match perdu à la maison met un club en difficulté, rappelle le technicien. Donc nous avons la pression mais il ne faut pas que celle-ci soit négative. Il faut que nous ayons vraiment envie de se transcender à Nevers, d’afficher une certaine détermination. Dans ce championnat, les équipes jouent soit la qualification, soit le maintien et elles sont peu nombreuses à jouer le maintien. » Septième l’année après son accession, sixième et barragiste malheureux (défait à Bayonne) la saison passée, l’Uson compte bien franchir une nouvelle marche sur l’exercice à venir. « L’objectif fixé est de faire encore mieux, lance le talonneur Janick Tarrit. Poursuivre sur cette phase ascendante pour la troisième saison du club en Pro D2. Réussir à s’installer et de faire encore mieux que les deux saisons précédentes." Pour ce premier rendez-vous, Xavier Péméja est très clair : "Le mot d’ordre pour ce match ? C’est de gagner. »

Julien Veyre
Réagir