• Pro D2 - La joie des joueurs d'Aurillac après leur première victoire de la saison à domicile face au Biarritz Olympique
    Pro D2 - La joie des joueurs d'Aurillac après leur première victoire de la saison à domicile face au Biarritz Olympique Midi Olympique / Midi Olympique
Publié le / Modifié le
Pro D2

Aurillac - Biarritz : à chacun sa mi-temps

Dans la douleur en fin de match, Aurillac a fait tomber un Biarritz olympique qui s'est réveillé trop tard (23-19).

 

Au vu de l'ensemble des résultats de la journée, il est clair que les Aurillacois pouvaient craindre le pire face aux Basques, derniers vainqueurs d'ailleurs dans le Cantal lors du dernier exercice. Et pourtant, ce sont eux qui vont faire feu de tout bois sur le premier acte. Malgré une occupation du terrain en faveur du Biarritz olympique, les Cantaliens restent disciplinés. Et sur le premier ballon joué dans le camp adverse, ils vont aller à dame. Une touche rouge et bleu dans les 40, un relais de Hézard et les arrières qui se déploient avec Neisen pour casser la ligne, Colliat pour enchaîner et Yobo pour finir. Neisen ne transformera pas, d'ailleurs, il n'y aura aucun point de marqué au pied durant ce premier acte (malchance également pour Salles à Aurillac et Smith à Biarritz. Car on a décidé de jouer à Jean-Alric et du coup, c'est une avalanche d'essais qui va s'abattre. C'est une nouvelle fois après une touche que Coertzen (17e) va valider le bon travail des avants – le BO est alors en infériorité suite au jaune de Knight (placage dangereux) – Derrière, Biarritz tente toujours mais se casse les dents sur le premier rideau avant que Poi ne trouve la faille et, trois temps de jeu plus tard, permette à Smith d'aplatir (28e). Pas grave pour des locaux forts en mêlée et dans le jeu. Adendorff viendra d'abord bonifier une touche aux 22 et un ballon porté déterminant (33e), avant que Coertzen ne signe un doublé suite à mauvaise passe de Poi parfaitement exploitée par Lebreton puis relayé par Boisset pour son ailier sud-africain.

20-5 à la pause, Aurillac peut voir venir... et bien non. Car changement de ton sur le second acte avec déjà, un changement intégral de la première ligne biarrote et Poi prié de rester sur le banc après son « approximation » juste avant la pause. Le trmps de s'ajuster, le BO cogne et fait mal. D'autant qu'Aurillac a de grosses faiblesses sur ses ballons au sol et un manque de soutien évident. Alors Biarritz en profite et file une deuxième fois dans l'en-but avec Doubrère qui s'engouffre dans un trou de souris (48e). Aurillac retrouve de l'air avec la botte de Salles (23-12, 52e). Mais le BO se sent fort et poursuit sa remontée. Un ballon perdu au contact par Boisset et les Basques enchaînent aussitôt. On ouvre vite au large et Nicoué plantera une troisième essai. 23-19 à la 54e, la fin de match sera longue, très longue et très tendue. Mais finalement, c'est Aurillac qui lèvera les bras.

L'homme du match : La conquête

Un secteur dans lequel les Aurillacois ont une nouvelle fois été performants. En mêlée, comme en touche, les Cantaliens ont été forts et conquérants et pu envoyer du jeu derrière. Avec quatre essais à la clé, le Stade aurillacois a retrouvé sa verve offensive.

Les meilleurs :

Nostadt, Rieu, Ojovan, Lebreton, Adendorff, Boisset, Colliat, Coertzen ; Aliouat, Latierro, Houston, Artru, Perraux, Barry, Watremez.

Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir