• Thomas Ramos (France) contre l'Ecosse
    Thomas Ramos (France) contre l'Ecosse PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
Publié le / Modifié le
International

La quadrature du cercle

Après ces deux premiers matchs, l’équipe de france n’a pas résolu l’équation de trouver un buteur fiable tout en préservant son fond de terrain. Dernier test contre l’italie.

Obligés de courir pour rattraper leur retard à la fois physique et technique, les Bleus ne pouvaient décemment pas régler tous leurs chantiers à la fois en deux mois et quelques jours de préparation. Sauf qu’un problème se pose désormais avec de plus en plus d’acuité, à moins d’un mois du crucial match d’ouverture de la Coupe du monde face à l’Argentine : la question du buteur. Si Camille Lopez avait rassuré tout le monde, lors du premier match face à l’Écosse, la question ne se poserait même pas: le Clermontois ferait la paire avec Dupont tandis qu’au fond du terrain, Médard ferait figure de partant certain au poste d’arrière, un poste d’ailier se trouvant tenu par Damian Penaud, tandis que Yoann Huget et Alivereti Raka se batailleraient la dernière place. Mais voilà, le Mauléonnais a sorti une piètre carte de 3/6 et, si le contexte de ses coups de pied (pour moitié bottés en coin) peut expliquer certains échecs, le fait de voir Thomas Ramos prendre la responsabilité des tirs au but dès ce match en écosse laissait fatalement augurer que le staff recherche d’autres solutions. Parce que Lopez n’est jamais que le troisième buteur de Clermont (derrière Parra et Laidlaw) et souffre en outre d’un certain manque de longueur de frappe…

Médard à l’aile ?

On attendait donc, au nom de cette question du buteur, que Thomas Ramos assure et rassure ce week-end à Murrayfield. Sauf que, si ce dernier a bien réussi ses deux coups de pied (pas les plus durs, au vrai), sa prestation dans le jeu n’a pas franchement été à la hauteur de celle livrée par Maxime Médard le week-end dernier. Cette déception ne manquera pas de relancer tous les débats.

En gros, le choix auquel semble aujourd’hui confronté Jacques Brunel se résume à une quadrature du cercle totale, puisqu’aucune bonne solution ne semble émerger. Titulariser Serin ou Machenaud à la mêlée ? Cela reviendrait à se priver d’Antoine Dupont, facteur X du jeu tricolore et titulaire semble-t-il désigné par Fabien Galthié. Confier l’ouverture et le but à Lopez, voire à Romain Ntamack, et laisser Médard à l’arrière ? Le risque semble énorme dans la perspective d’un match au couteau, avec un buteur qui n’est pas spécialiste de l’exercice en club. Voilà pourquoi, au vu de la prestation mitigée de Raka ce samedi, on se dit que la meilleure option serait peut-être de titulariser Ramos à l’arrière et Médard à une aile, ce dernier entrant alors en concurrence directe avec son ami Yoann Huget. Dur…

Tenter Ramos à l’ouverture contre l’Italie ?

Ce genre de situation vous rappelle quelque chose, vous dites ? Oui, rien moins que celle du Stade toulousain depuis deux ans. Lequel s’est adjugé la saison dernière le titre de champion de France en alignant de concert Huget et Médard, tout en propulsant Ramos à l’ouverture, pour laisser le numéro 15 à Cheslin Kolbe. Choix par défaut, là encore, dû à la blessure de Zack Holmes ? Peut-être, mais un choix gagnant, à tel point qu’on serait étonné que le staff tricolore ne se pose finalement pas la question avant la fin de la préparation. "Cette option mériterait d’être vue contre l’Italie, nous confiait dans la semaine l’ancien ouvreur international Benjamin Boyet. Durant les dernières phases finales, j’avais aimé chez Thomas Ramos son insouciance, sa fraîcheur. C’est un joueur qui attaque la ligne, qui pige les intervalles, qui arrive à faire jouer ses coéquipiers devant et derrière la défense… Et puis son jeu au pied rasant dans les second et troisième rideaux est efficace, tout comme son jeu au pied long. Son gros test se situerait au niveau de la défense, et de la répétition des collisions au niveau international car les ouvreurs sont très ciblés." Raison de plus de le tester, non ?

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir