• Lucas Dubois est un pur produit de la formation catalane. Ce dimanche, il a inscrit un essai, son premier en professionnel. De très bon augure pour ce joueur très travailleur. Photo Icon Sport
    Lucas Dubois est un pur produit de la formation catalane. Ce dimanche, il a inscrit un essai, son premier en professionnel. De très bon augure pour ce joueur très travailleur. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Perpignan : Lucas sort du bois

Formé à l'USAP, le jeune ailier catalan a inscrit dimanche soir son premier essai chez les professionnels. La récompense d'un début de saison très convaincant. 

Voilà un visage que les supporters catalans ont découvert depuis quelques semaines mais qui parle à beaucoup d’aficionados sang et or, puisqu’il est le neveu de Pascal Bomati, ancien joueur de l’Usap dans les années 2000. Le rugby dans la peau et l’ADN du haut niveau… À 21 ans seulement, Lucas Dubois incarne la nouvelle génération perpignanaise. Après avoir, comme son oncle, débuté par le XIII, le jeune ailier a rapidement rejoint le rugby à XV au sein du club de Bages-Villeneuve. Avant de faire toutes ses classes à l’Usap depuis la catégorie minimes. Joueur de l’effectif Espoirs cette saison, Lucas Dubois a eu l’occasion de s’exprimer lors des matches amicaux, cet été, profitant notamment de la blessure du Sud-Africain Wandile Mjekevu. Très vite, la vitesse et la vision du jeu du jeune joueur tapent dans l’œil de ses entraîneurs. Au point que ces derniers lui offrent son baptême du feu chez les pros lors de la première journée de Pro D2, dans l’antre d’Aimé-Giral, et lors d’un derby sulfureux contre Béziers. Mais Lucas Dubois a le cuir solide, et pas seulement par insouciance. La pression ? Il la boit, blagueront certains. Après deux prestations très convaincantes, le numéro 11 catalan a inscrit son premier essai, hier contre Colomiers. Un moment sans doute inoubliable : "Je savoure. Tout le public acclame, on entend son nom dans la sono d’Aimé-Giral… Ça donne quelques frissons. Je suis vraiment content de vivre ces moments-là. C’est un début de saison idyllique pour moi. Je n’avais pas forcément prévu d’intégrer les pros", lâche l’intéressé.

ARLETTAZ : "Il est encore arrivé une demi-heure avant le rendez-vous"

Particulièrement humble, Lucas Dubois sait qu’il n’a encore rien gagné. Ces trois premières sorties dans la cour des grands demandent confirmation. Mais à écouter Patrick Arlettaz, le jeune ailier-arrière a la tête sur les épaules. "Il ne s’est pas posé la question de ce qu’on devait lui donner, mais plutôt ce qu’il devait faire pour y arriver. Je crois que c’est une bonne mentalité. Il est encore arrivé une demi-heure avant le rendez-vous aujourd’hui, c’est rare chez les jeunes maintenant. C’est aussi les clés de la réussite. Il essaye de tout donner pour grappiller ce qu’il y a à prendre. C’est un bon message à faire passer à tous nos jeunes qui ont du talent mais qui des fois se trompent sur la façon d’arriver au haut niveau", résume l’entraîneur de Perpignan. Alors que l’infirmerie catalane ne cesse de se remplir (probable longue absence pour l’arrière Jonathan Bousquet, ndlr), Lucas Dubois est l’homme qui tombe à pic.

Emilien Vicens
Réagir