• Julien Blanc (Brive) contre Lyon
    Julien Blanc (Brive) contre Lyon Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Top 14

Brive : taxe d’apprentissage

Avec une équipe remaniée, Brive a fait illusion en début de match avant d’être complètement dépassés par des Lyonnais dominateurs dans tous les compartiments du jeu.

En laissant un paquet de cadres à la maison, les Brivistes s’attendaient certainement à souffrir à Lyon. Mais ils ne s’attendaient certainement pas à souffrir autant. Le temps de voler un ballon en touche à l’alignement lyonnais (7e), une rareté, puis de sortir une belle séquence défensive (12e) face à l’enchaînement de séquences, les visiteurs pensaient enfin pouvoir profiter d’un ballon d’attaque. Las, l’interception de Liam Gill (13e), poussé in extremis en touche par Enzo Hervé, donna le la. Dominés dans tous les compartiments du jeu, les coéquipiers du troisième ligne, Mathieu Voisin, ont payé cher la taxe d’apprentissage appliquée à un promu par le double demi-finaliste du championnat. "Aucun entraîneur, joueur ou supporter n’a envie de prendre soixante points, soufflait Jeremy Davidson. Nous avons répondu présents vingt minutes et nous avons craqué. Il y avait de jeunes joueurs. Ça va nous servir de leçon pour la suite. Nous ne regrettons pas d’avoir fait tourner. Il y avait des petits bobos. Et avec six jours seulement pour préparer le match, nous étions obligés de faire tourner."

"Nous n’avons pas existé…"

Après la débauche d’énergie et la belle performance contre Clermont, l’enchaînement était trop difficile. Et cette équipe manquait par trop d’expérience et de vécu commun pour espérer mieux contre un adversaire sérieux, qui n’a pas laissé le moindre espoir à son hôte. Et elle n’a pas su ou pu utiliser le peu de ballons d’attaque : il y avait toujours un Lyonnais pour plaquer, comme Liam Gill sur Mitch Lees, ou bien c’est un mauvais choix qui annihilait une offensive, comme cette passe au pied, forme d’aveu d’impuissance (33e), sans oublier qu’elle est aussi tombée sur des barbelés bien dressés (77e). "Cela va vite, c’est le haut du Top 14, rappelait le jeune capitaine par intérim, Mathieu Voisin. Nous n’avons pas existé pendant quatre-vingts minutes malgré quelques éclaircies… C’est dur d’être capitaine d’une équipe qui prend soixante points. C’était le premier match pour beaucoup de jeunes et de recrues. Je reste fier de mes coéquipiers et je sais que nous saurons nous relever pour les prochaines échéances." Comme beaucoup de promus, ce n’est pas forcément sur le terrain d’un demi-finaliste, en pleine bourre en ce début de saison, et dont les dents rayent le parquet, qu’il jouera sa saison.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir