• Grosse déception pour Jason Baitieri et les Dragons catalans. Eux qui visaient le titre sont déjà en vacances, éliminés après une phase de poule poussive. Photo archives
    Grosse déception pour Jason Baitieri et les Dragons catalans. Eux qui visaient le titre sont déjà en vacances, éliminés après une phase de poule poussive. Photo archives
Publié le / Modifié le
Rugby à XIII

Saison blanche pour les Dragons

Les Catalans ont baissé le rideau de leur saison vendredi soir à Hudderfield. L’heure du bilan a sonné.

La Super League entrera en mode phase finale ce week-end mais ce sera sans les Dragons. Les Catalans viennent de boucler leur quatorzième campagne anglaise par une septième place. Un fauteuil bien loin des ambitions affichées en début de saison. "C’est un énorme gâchis. Le soir de Barcelone (victoire au Camp Nou contre Wigan, N.D.L.R.), nous étions troisièmes", rappelle justement le président Bernard Guasch. Sauf que staff et joueurs avaient placé tellement d’ambitions et avaient dépensé tellement d’énergie à faire de cette date une réussite qu’il y a eu le jour d’après ou plutôt le gouffre d’après. "C’est vrai, en suivant, nous gagnons à Liverpool et après, nous sommes entrés dans le dur, avec des blessés et des performances indignes de notre niveau", résume l’adjoint chargé de l’attaque, Thomas Bosc.

L’été a donc connu une longue descente en enfer, avec trois défaites à domicile face aux deux derniers (Londres deux fois et Hull KR) et des valises pleines ramenées d’Angleterre. Ainsi, le 40-14 de Salford et le 48-8 de Leeds ont fait mal. "Ce qui me gêne le plus, c’est de me dire que cette équipe a été capable de battre les meilleurs à Brutus ou à Barcelone (Warrington, St Helens, Castleford et Wigan) et, à côté de ça, de perdre face aux petits. Peut-être que les joueurs ont manqué d’humilité à certains moments de la saison. J’en suis persuadé et il faudra s’en rappeler pour construire 2020", rajoute le président Guasch.

En échouant à deux victoires de la qualification, le club peut légitimement avoir de gros regrets. L’effectif inscrit pour la saison 2019 était l’un des meilleurs de l’histoire, sauf que la réalité du terrain, ses aléas, la vie de groupe et la beauté du sport, avec son indécision, sont passés par là. "C’est frustrant, agaçant et énervant. Tout ce que vous voulez mais c’est le sport et on ne reviendra pas en arrière. En revanche, nous sommes tous responsables et la seule chose à faire est de travailler encore plus dur pour faire en sorte de ne plus reproduire les mêmes erreurs, dans tous les secteurs", souffle, Thomas Bosc.

Gigot, une histoire qui finit mal

Clairement, cette saison a également été marqué par une cassure. Celle avec l’arrière Tony Gigot. En fin de contrat, le meilleur joueur de la finale de Cup 2018 n’a pas trouvé d’accord avec son club de cœur. Le jeu de la concurrence avec Sam Tomkins, l’accumulation de matchs joués en étant blessés et sa volonté de vouloir sauver l’équipe à lui tout seul ont eu raison de lui et de son talent. C’est une saison décevante pour "Tony G", tout du moins loin de son potentiel et de ses capacités. "C’est certainement un mal pour un bien pour lui qui a besoin d’aller voir autre chose", s’est exprimé le président Bernard Guasch au sujet d’un joueur approché par le XV, avant de penser à demain : "Nous travaillons depuis de longs mois sur la prochaine saison. Le recrutement de la star australienne James Maloney n’est que la première pierre. Staff et joueur sont compris la leçon. Notre victoire en Cup en 2018, c’est du passé mais je crois en la saison prochaine parce que les entraîneurs sont vexés et qu’ils m’ont promis de ne plus se faire prendre."

Aux départs de Tony Gigot, Kenny Edwards (Huddersfield), Jodie Broughton (Halifax) et Greg Bird (arrêt), le club n’a officiellement répondu que par une seule arrivée, celle du demi d’ouverture James Maloney. La suite du renouvellement, avec un demi de mêlée, un ailier et un deuxième ligne, devrait très vite bouclé l’effectif qui constituera la saison 2020 des Dragons catalans en Super League, leur quinzième. Un exercice encore une fois placé sous le signe de l’ambition, en espérant que l’humilité de tous soit de sortie, dès la reprise des entraînements de lundi 4 novembre.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir