• Christophe Loustalot (Mont-de-Marsan)
    Christophe Loustalot (Mont-de-Marsan) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Le temps presse pour Mont-de-Marsan

Scotchés à l’avant-dernière place et avant de se rendre à Perpignan, les Montois ne peuvent plus traîner en route. La victoire leur est indispensable.

Il faut croire que la lourde défaite initiale concédée face à Aix-en-Provence a laissé plus de traces qu’on ne pensait. Car le Stade montois, qui avait semblé en progrès face à Grenoble, un des cadors de la division, a de nouveau rechuté à Biarritz, contre un BO pourtant bien terne. Nouvelle défaite préoccupante, comme ne le cache par David Auradou, le manager montois : "Quand on a la possession, une conquête plutôt performante et qu’à l’arrivée, on perd un match à notre portée et que notre adversaire empoche un bonus offensif, c’est rageant et c’est aussi inquiétant. On ne va pas se mentir, notre place actuelle n’est pas confortable, et nous sommes dans le dur, c’est une évidence."

Le discours a au moins le mérite de la franchise. Il s’agit donc d’analyser ce qui ne fonctionne pas depuis le début de cette saison. Et l’ancien deuxième ligne d’ajouter : "Nous manquons clairement de réalisme. Nous avons souvent le ballon mais nous n’arrivons pas à l’utiliser de manière efficace." Vrai, et ce n’est pas nouveau. À Biarritz comme à Colomiers, comme à Vannes durant au moins une partie de la rencontre, comme face à Grenoble en première période, les Montois ont eu le ballon autant que leurs adversaires sinon plus. Mais par la faute de difficultés à créer des déséquilibres définitifs ou d’imprécisions dans le dernier geste, cette possession ne se traduit que rarement au tableau d’affichage. Et forcément, cette stérilité devient inquiétante et engendre une certaine fébrilité. Laquelle entraîne des fautes lourdes de conséquence à des moments clés. Une sorte de réaction en chaîne, peu propice à aborder les rencontres avec sérénité.

Trouver les clés offensives

Les maux étant identifiés, il faut espérer que les Montois vont rapidement trouver les solutions, et dès ce week-end, face à Montauban, dans une rencontre qui sent le piège à plein nez. En effet, les Sapiacains, touchés par une épidémie, ont été très perturbés dans leur préparation, et on ne sait trop dans quel état ils vont se présenter sur la pelouse du stade Guy-Boniface. À court de compétition ou au contraire plein de fraîcheur et d’envie après deux matchs reportés ? À voir, mais voilà un contexte pour le moins particulier.

On ose espérer que Julien Tastet et ses partenaires n’en tiennent pas trop cas et qu’ils s’attellent plutôt, quoi que leur propose leur adversaire, à trouver enfin les clés offensives pour se donner un peu d’air au classement. Pour l’instant, c’est l’unique objectif, et l’atteindre ferait déjà leur bonheur.

Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir