• Dave Rennie devrait être le prochain sélectionneur des Wallabies. L’Italie l’avait aussi contacté récemment, tout comme Vern Cotter.
    Dave Rennie devrait être le prochain sélectionneur des Wallabies. L’Italie l’avait aussi contacté récemment, tout comme Vern Cotter. PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport / PA Images / Icon Sport
  • Vern COTTER head coach of Montpellier during the Top 14 match between Bayonne and Montpellier on October 12, 2019 in Bayonne, France. (Photo by JF Sanchez/Icon Sport) - Vern COTTER - Stade Jean Dauger - Bayonne (France)
    Vern COTTER head coach of Montpellier during the Top 14 match between Bayonne and Montpellier on October 12, 2019 in Bayonne, France. (Photo by JF Sanchez/Icon Sport) - Vern COTTER - Stade Jean Dauger - Bayonne (France) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Transferts

Sélections : le grand casting

Avec la fin de la coupe du monde, des postes de sélectionneur sont à pourvoir. De la Nouvelle-Zélande à l’Italie en passant par les Fidji, ça bouge en ce moment.

La Coupe du monde 2019 n’a pas encore rendu son verdict mais nombre de Fédérations planchent déjà sur la préparation de l’édition 2023. Ses dirigeants cherchent à apporter la meilleure réponse à une question fondamentale : quel peut être le meilleur sélectionneur pour les quatre années à venir ? Revue non exhaustive des dernières actualités de ce casting à grande échelle.

En Australie, ce serait fait pour rennie

En Nouvelle-Zélande, où le départ de Steve Hansen est acté, Steve Tew avance dans sa réflexion. Il a écarté, lundi, l’hypothèse Warren Gatland en raison de ses engagements avec les Lions britanniques et irlandais. Le poste suprême devrait se jouer entre trois techniciens néo-zélandais : l’actuel adjoint Ian Foster, le maître d’œuvre du Japon Jamie Joseph et le boss des Crusaders Scott Robertson. La constitution du panel en charge de cette sélection doit être communiquée ce vendredi. Le dernier mot reviendra au conseil d’administration de la NZRU et l’heureux élu devrait être nommé avant Noël. Chez le voisin australien, le dossier de la succession de Michael Cheika serait bien plus avancé : selon plusieurs médias, le choix de Dave Rennie serait déjà acté. Le Néo-Zélandais, s’il n’a pas confirmé, a en tout cas annoncé qu’il terminerait la saison avec Glasgow. Le coach des Brumbies Dan Mc Kellar s’est, lui, retiré de la course cette semaine. Au Japon, la Fédération attend la réponse de Jamie Joseph à sa récente offre de 830 000 € la saison. En cas de refus, la JRFU se penchera de plus près sur sa liste de dix candidats potentiels où l’on retrouve Jake White (Toyota Verblitz), Wayne Smith (Kobeco Steelers) et Robbie Deans (Panasonic Wild Knights).

Fidji : et si c’était un français ?

Les techniciens néo-zélandais continuent d’avoir la cote. Mais les Fidji pourraient rompre avec cette habitude. Si John Mc Kee, dont le contrat expire en décembre, espère poursuivre l’aventure, les dirigeants de l’archipel envisageraient le recrutement d’un autre entraîneur. Peut-être français, d’ailleurs. Un "board" doit se tenir ces jours-ci pour évoquer la question du sélectionneur et des entretiens pourraient avoir lieu dans l’Hexagone dans le courant du mois, alors que la sélection doit se rendre à Londres pour affronter les Barbarians britanniques, le samedi 16 novembre. En Europe, si la France, l’écosse, l’Irlande et le pays de Galles ont constitué leur staff, l’incertitude subsiste en Angleterre et en Italie. Sur le papier, le XV de la Rose est censé être dirigé par Eddie Jones pendant encore au moins deux ans. En juin, la RFU avait publié un communiqué officialisant la présence d’Eddie Jones et de John Mitchell jusqu’en juin 2021. En août, le président de la Fédération Bill Sweeney avait insisté : "Eddie a réaffirmé son engagement de rester ici jusqu’en 2021." Reste que le nom de l’Australien circule sur le marché et qu’une volte-face n’est pas à écarter en cas de succès mondial, ce samedi.

Gavazzi confirme avoir contacté Cotter

En Italie, l’identité du futur sélectionneur n’a toujours pas été officialisée. Une certitude, en tout cas : Conor O’Shea, en poste depuis 2015, ne signera pas de prolongation de contrat. Le technicien irlandais, passé par les Harlequins, va rejoindre la RFU et officiera au sein de la section rugby professionnel. Initialement, la Fédération avait jeté son dévolu sur Rob Howley. Mais l’adjoint de Warren Gatland, qui avait dû quitter son poste juste avant le début de la Coupe du monde en raison de paris illégaux, risque une lourde sanction et n’est pas en mesure d’endosser cette fonction pour l’heure. "Je ne pense pas qu’il puisse le faire. D’après ce qu’ils nous ont dit au Japon, il risque beaucoup", avait déclaré le président de la Fédération, Alfredo Gavazzi, le 9 octobre dernier, lors de la conférence de presse de présentation du Top 12. Première conséquence : Conor O’Shea, sous contrat jusqu’en juin 2020, devrait garder les rênes de la Nazionale lors du Tournoi, alors qu’un départ anticipé était envisagé.

Pour le reste, la Fir prospecte et passe des coups de fil. Interrogé sur l’hypothèse Vern Cotter, Alfredo Gavazzi avait répondu clairement : "C’est l’un des trois noms que nous avons contactés." Dave Rennie a aussi été approché mais il va prendre en mains les Wallabies ; Michael Cheika était le dernier nom alors envisagé mais cette option ne serait plus d’actualité. Vern Cotter peut-il finalement être l’homme idoine ou la Fir va-t-elle devoir continuer de chercher ? La réponse n’est pas encore connue mais le Néo-Zélandais est sous contrat jusqu’en juin 2020 avec Montpellier et lorgne un nouveau challenge. Au niveau des adjoints, le puzzle doit aussi être constitué : si le Sud-Africain Franco Smith va prendre en charge l’attaque, un spécialiste de la défense doit être trouvé et le devenir de Giampiero de Carli, en charge des avants, est en ballottage.

Voir les commentaires
Réagir