• Nevers - Perpignan
    Nevers - Perpignan Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Nevers au forceps contre Perpignan

Après sa déroute à Grenoble, Nevers voulait se rassurer face à l’autre équipe en forme de Pro D2. Dans un Pré-Fleuri enfin plein et ardent, l'USON s’est montrée farouche en défense mais souvent approximative en attaque. Son pack a fait la différence, malmenant le huit perpignanais à grandes rasades de séquences au ras et de groupés-pénétrants parfaitement orchestrés (14-10).

 

Le résumé


 

L’essai qui ramène l’Usap en tête après la pause ne dérègle pas la puissante mécanique neversoise. Etouffés, fébriles, les Catalans se mettent à la faute et offrent à Zack Henry l’occasion de combler l’écart puis de donner aux siens une avance maigrelette de quatre points. Portés par les 7 300 spectateurs, les Nivernais s’arc-boutent en défense et contrôlent sans trop de frayeur les rares offensives de l’Usap, jusqu’au terme d’un match haché de fautes et de pénalités.

Pour l’Uson, ébranlée par la lourde défaite grenobloise, l’essentiel est sauf, quatre points qui évitent des migraines pour le week-end et la suite d’un bloc durant lequel il faudra aussi afficher cet état d’esprit loin du Pré-Fleuri. Pour l’Usap, qui visait la victoire face à une équipe aux abois, le point de bonus défensif n’a même pas l’éclat modeste d’un lot de consolation.


 

Le tournant


 

Menée au score dès l’orée du match sur une pénalité catalane, l’Uson domine mais ne concrétise pas. Seule consolation, l’ascendant de ses « gros » se traduit par une inflation de pénalités qui épuisent la patience arbitrale. 30e minute : une énième faute en touche dans les 22 m perpignanais se sanctionne d’un carton jaune. Double peine immédiate lors de la pénaltouche : le pack neversois enclenche un groupé-pénétrant qui envoie le talonneur Elliot dans l’en-but. Zack Henry ne transforme pas mais l’Uson rentre au vestiaire en tête (5-3). Et cela change tout. 


 

Le geste


 

En manque de confiance et rapidement dissuadée d’envoyer du jeu avec un ballon transformé en savonnette par la pluie du jour, l’Uson s’est recentrée sur ce qui fait sa seule force depuis le début du championnat : son pack. Mètre étalon de cette puissance, le groupé-pénétrant aura été l’arme fatale des Neversois face à des Catalans qui n’ont jamais été en mesure d’enrayer leur avancée.

Sébastien Chabard
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir