• Alexandre Roumat (UBB)
    Alexandre Roumat (UBB)
Publié le / Modifié le
Transferts

Transferts, prolongations, fins de contrat, blessures... Les indiscrétions du Midol

Comme chaque lundi, retrouvez en avant-première les principales infos des championnats professionnels français et internationaux. Cette semaine, un Bordelais devrait prolonger, un cadre d'Oyonnax aussi, et le VRDR se renforce.

Bordeaux-Bègles : Roumat devrait prolonger

Courtisé par Montpellier, Toulouse ou encore Lyon, Alexandre Roumat (22 ans) devrait finalement poursuivre l’aventure avec Bordeaux-Bègles. Le troisième ligne, arrivé en Gironde en 2017 en provenance de Biarritz, dispose d’une offre de prolongation de trois ans entre les mains.

Valence-Romans : Matiaha Martin, joker médical

Le club dromois vient de faire signer le deuxième ligne néo-zélandais (27 ans, 2,01 m, 112 kg) comme joker médical, en remplacement de Florian Goumat (rupture des ligaments croisés d’un genou). Matiaha Martin évoluait aux Counties Manakau, club de Mitre 10 Cup (championnat des provinces néo-zélandaise) après avoir évolué notamment en Super Rugby avec les Auckland Blues.

Oyonnax : Grice prolonge

Arrivé dans l’Ain en 2017, le troisième ligne néo-zélandais Rory Grice (29 ans) était sous contrat avec Oyonnax Rugby jusqu’en juin 2020. Devenu un véritable cadre de l’équipe, il a officiellement prolongé son engagement pour deux saisons supplémentaires.

Angleterre : l’Irlandais Marmion vers les Saracens

Les Saracens sont en passe d’attirer un des demis de mêlée les plus courtisés sur le marché européen : le numéro 9 duConnacht Kieran Marmion (27 ans, 27 sélections) est en contacts avancés avec le club londonien où il pourrait remplacer le vétéran Richard Wigglesworth (36 ans).

Rugby XIII : « SBW » bientôt actionnaire de Toronto ?

Dans la semaine, on saura où Sonny Bill Williams jouera la saison prochaine. Ce n’est un secret pour personne : la star des deux rugbys jouera à XIII. Sa préférence va vers la Super League, une compétition qui manque à son incroyable palmarès. A ce jour, Toronto et son président, David Argyle, comptent bien obtenir les faveurs du Néo-Zélandais. Le président de la franchise canadienne a proposé la somme de 5, 5 millions de dollars sur deux ans. Outre ce contrat hors -norme, il propose à «SBW» de devenir actionnaire du club. Une première dans l’univers du sport de haut niveau.

Rugby XIII : le TO étoffe son recrutement

Le Toulouse olympique prépare activement la prochaine saison en Championship. Après avoir obtenu les signatures XXL du très polyvalent avant Harrisson Hansen (ex-Widnes) et de l’ex-deuxième ligne international samoan de Penrith, Franck Winterstein, le club du président Sarrazain vient d’officialiser la venue de l’Australien, Jy Hitchcox, trois-quarts polyvalent qui vient de Bradford et qui a évolué en NRL sous les couleurs des West Tigers.

Carcasonne : un jeune joueur poignardé

Joueur de l’US Carcassonne, Alexis Luez (22 ans), a été victime de plusieurs coups de couteau, au cours de la nuit de jeudi à vendredi, dans la cité audoise. Le deuxième ligne, arrivé cet été de Mont-de-Marsan, a été placé en soins intensifs en urgence.Si ses jours ne sont pas en danger, il est toujours hospitalisé. Deux suspects ont été placées en garde à vue, vendredi. La procureure de la République a indiqué, samedi, que l’enquête portait finalement sur une « tentative de meurtre ».

Rassie Erasmus s'en va, son bras droit Jacques Nienaber futur sélectionneur ?

Jeudi dernier, soit deux jours avant la finale de la Coupe du monde, Rassie Erasmus (46 ans) avait confirmé qu’il quitterait son poste de sélectionneur au terme de la compétition, quel qu’en soit le dénouement. « C’est triste de se dire qu’il ne reste que trois jours et que ce sera fini ensuite », avait déclaré le technicien. L’ancien manager du Munster part sur un sacre mondial mais il va poursuivre sa mission de directeur du rugby à la Fédération sud-africaine. Pour le remplacer à la tête des Boks, un nom revient avec insistance : celui de Jacques Nienaber (photo), un de ses adjoints, considéré comme son bras droit. Agé de 46 ans, ce professionnel de la santé a connu un parcours pour le moins original : après avoir été physiothérapeute et préparateur physique aux Cheetahs, il est devenu un spécialiste mondialement reconnu de la défense sous la houlette de Rassie Erasmus, qu’il a rencontré à l’armée et qu’il a côtoyé aux Stormers et au Munster avant que les deux amis ne prennent les commandes des Boks en mars 2018.

Eddie Jones à la tête du XV de la Rose au moins jusqu'en 2021

Le suspense n’aura pas duré : samedi soir, dans la foulée de la défaite de son équipe en finale de Coupe du monde, Eddie Jones a annoncé qu’il poursuivrait bel et bien sa mission à la tête de l’Angleterre. Sous contrat jusqu’en juin 2021, le technicien australien (59 ans) disposait d’une clause de sortie dans son engagement. Il ne l’activera pas et va donc rester en poste, aux côtés notamment de John Mitchell, lui aussi lié jusqu’en juin 2021. L’ancien sélectionneur du Japon et de l’Australie a fait part de son intention de faire du XV de la Rose « la nation numéro un au monde ». « Je vais continuer à travailler. Dès lundi après-midi, je serai à Pennyhill Park, prêt à repartir. Le seul match qui compte dorénavant, c’est celui du Tournoi, contre la France (le 2 février). » Le nouveau staff anglais devrait être annoncé dans les jours à venir. John Mitchell (défense) est parti pour en être. Mais ce sera sans Steve Borthwick (avants) qui va prendre les rênes de Leicester ni Neal Hatley (mêlée) qui va retourner à Bath. Scott Wisemantel (attaque) est de son côté dans l’incertitude.
Par ailleurs, le bail d’Eddie Jones pourrait, à terme, être prolongé jusqu’au Mondial 2023. C’est tout du moins ce qu’a laissé entendre Bill Sweeney, le directeur général de Fédération anglaise : « Les Coupes du monde sont des moments critiques. Mais encore une fois, il est sous contrat jusqu’en 2021 et pas plus loin pour le moment. Alors, nous allons simplement nous addeoir et en discuter".

Barbarians : vers une tournée au Canada et aux États-Unis en 2020

Les Barbarians ont retrouvé leur si précieuse liberté. Après une parenthèse de deux années dans le giron de la FFR, où la sélection si chère au cœur de feu Serge Kampf avait trouvé sa pérennité, elle en est sortie au printemps dernier. « Pour retrouver la place qui aurait toujours dû être la nôtre, commentait Denis Charvet, leur directeur sportif, en mai dernier. On se fourvoyait. Tout le monde tentait de maquiller la vérité mais ce n’était que du maquillage. […] C’est pour cela que nous avons décidé de sortir, de ne plus être la deuxième équipe de France. Nous voulions récupérer notre indépendance et notre liberté. » Renouveau ou retour en arrière ? Un peu des deux. Toujours est-il que les Baa-Baas écriront les premières pages de ce nouveau chapitre en Amérique du Nord. Les 4 et 11 juillet, en même temps que la tournée argentine des Bleus, ils iront défier le Canada à Montréal, puis les USA à New York en test-matchs. Avant de rêver, pourquoi pas, à une opposition amicale avec les Lions britanniques et irlandais en 2021.

Le Japon et les Fidji bientôt intégrés ?

Selon les informations de The Times, ce n’est plus qu’une question de temps : le Japon et les Fidji devraient être prochainement invités à rejoindre le Rugby Championship, le championnat des nations de l’hémisphère Sud actuellement disputé par la Nouvelle-Zélande, l’Australie, l’Afrique du Sud et l’Argentine. Lors de réunions de la Sanzaar, organisées en parallèle de la Coupe du monde, les dirigeants des Fédérations concernées seraient parvenus à un accord de principe concernant l’élargissement de la compétition. Elles tendent ainsi la main au Tier 2 et répondent aux nations du nord qui avaient rejeté le projet de Ligue mondiale. Par ailleurs, le consortium qui possède les droits du Super Rugby et du Rugby Championship envisagerait aussi un changement majeur au niveau de ses calendriers : le « Six Nations du Sud » se tiendrait en même temps que le Super Rugby.

 

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir