• Les anciens de Boulogne-Billancourt, Gaston Laymet et Sadi Abderamane, sont devenus des cadres à Saint-Denis : l’équipe dyonisienne tourne en Fédérale 2 avec un recrutement opéré en Fédérale 3.
    Les anciens de Boulogne-Billancourt, Gaston Laymet et Sadi Abderamane, sont devenus des cadres à Saint-Denis : l’équipe dyonisienne tourne en Fédérale 2 avec un recrutement opéré en Fédérale 3. BJRUGBY / BJRUGBY
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Les bons choix de Saint-Denis

Un peu plus d’un an après sa rétrogradation, l’équipe de Saint-Denis flambe de nouveau en Fédérale 2. Mais cette fois, sans creuser de déficit…

C’est à la surprise de tous, et même de ses responsables, que l’équipe de Saint-Denis a fait son trou dans le haut du panier de sa poule de Fédérale 2. Elle a remporté un match à l’extérieur à Courbevoie sur les quatre qu’elle s’est adjugés. Et elle est la seule de son groupe qui, jusqu’à présent, a tenu tête au leader Marcq-en-Barœul, auquel elle a arraché une bonification défensive (19-25). Elle occupe la troisième position. Pourra-t-elle se qualifier à l’une des six premières places ? "Ce n’était pas du tout l’objectif de début de saison, raconte le président Olivier Glévéo. Nous ne nous attendions pas du tout à un tel démarrage. Mais puisque tout fonctionne assez bien, nous avons réévalué nos attentes." Et voilà le promu qui semble en capacité de tenir tête à tous et de bouleverser la hiérarchie sur le long terme, devant Chartres ou Gennevilliers par exemple, et ceci avec un effectif construit avec des joueurs de la division inférieure.

Les meilleurs de leurs adversaires

Saint-Denis avait subi une rétrogradation administrative en Fédérale 3 en juin 2018 par la DNACG, pour un déficit de 165 000 € creusé sur quelques folies de recrutement. L’équipe première jouait avec deux professionnels argentins les saisons précédentes. Et si ce déficit a été comblé très rapidement, en une seule année d’économie, les aventures dépensières ont calmé les ardeurs. Après l’année de purgatoire passée en Fédérale 3 et le retour immédiat en deuxième division fédérale, opéré malgré des départs massifs - trente-cinq joueurs avaient quitté le navire après la sanction de la DNACG - il n’était pas question de se jeter à nouveau dans une politique de recrutement délirante pour reconstruite un groupe compétitif. "Nous avons décidé de proposer notre projet à tous les adversaires que nous avions trouvés excellents lors de nos oppositions pendant notre année de Fédérale 3, raconte l’entraîneur Jonathan Marquet. Nous avons réussi à intéresser une dizaine de joueurs qui font aujourd’hui complètement partie de notre réussite."

Et c’est ainsi que le deuxième ligne Gaston Laymet et l’ailier Sadi Abderaman, tous deux anciens joueurs de Boulogne-Billancourt, contre qui avait joué Saint-Denis la saison dernière en Fédérale 3, sont devenus des cadres permanent de l’équipe dionysienne qui tourne aujourd’hui à plein régime en Fédérale 2. "C’est beaucoup de joie et de soulagement, souffle le président Olivier Glévéo. Quand nous avions appris que trente-cinq joueurs nous quittaient au moment de notre descente, nous ne savions même pas si nous pourrions tenir le championnat. Un an après, nous en sommes là. C’est génial, même si nous ne sommes pas dupes de notre réussite. Notre effectif reste fébrile, comme en témoigne la dernière place de notre réserve. Ces départs ont laissé des traces et on ne peut pas tout refaire d’un coup. Mais que c’est bon de pouvoir imaginer que malgré tout, cette équipe valeureuse défende ses chances de retrouver, dès cette année, les phases finales."

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir