• Les Perpignanais de Jean-Bernard Pujol et Afusipa Taumoepeau brillent à domicile. Il faudra confirmer ce bon de début de saison à Aimé-Giral contre Vannes.
    Les Perpignanais de Jean-Bernard Pujol et Afusipa Taumoepeau brillent à domicile. Il faudra confirmer ce bon de début de saison à Aimé-Giral contre Vannes. Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Modifié le
Pro D2

Perpignan : Aimé-Giral, le Graal

Toujours invaincus à domicile, les Catalans s'appuient sur de grosses performances à aimé-Giral pour engranger des points. Rebelote contre Vannes ?

Oyonnax, Vannes, Biarritz et… Perpignan. Avant même d’arriver au tiers de la phase régulière, seules quatre équipes de Pro D2 restent encore invaincues à domicile. Pour l’Usap, l’exercice 2019-2020 ne ressemble en rien au précédent. Les quinze défaites à Aimé-Giral, toutes compétitions confondues l’an passé ne forment plus que de lointains et douloureux souvenirs. De retour dans l’antichambre de l’élite, les Sang et Or ont réappris à gagner et à faire plaisir à leurs supporters. D’abord poussifs contre Béziers, puis brouillons face à Colomiers, les coéquipiers de Mathieu Acebes ont ensuite trouvé, ou retrouvé, un rythme de croisière très élevé dans leur jardin. Quatre victoires en quatre matchs, trois succès bonifiés, une moyenne de 37 points inscrits par réception et un statut de meilleure défense du championnat (13 unités encaissées en moyenne par match à la maison, N.D.L.R.)… Chez elle, l’Usap montre les crocs et se veut, jusqu’ici, irrésistible.

Rester humbles

Contre Vannes ce vendredi, le club catalan espère poursuivre sur sa lancée. Même si la prudence reste de mise. "Il ne faut pas s’attendre à passer quarante points à chaque match à la maison. Il faut garder la confiance et être conscients que l’on peut faire de bonnes prestations, mais il faut aussi rester humbles. Vannes est a de bons résultats et je pense qu’il s’agira d’un match difficile", cible Tom Écochard. Un discours partagé par Jean-Bernard Pujol : "Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. Aborder le match en se disant que l’on va en mettre quarante, c’est le meilleur moyen de passer à côté", prévient l’ailier. "Si on laisse ne serait-ce qu’une petite chance aux adversaires de venir gagner ici, ils ne vont pas se gêner", appuie de son côté Tristan Labouteley. Et pour cause. Si Vannes est toujours à la recherche de son premier succès de la saison à l’extérieur, le club breton a toujours inquiété l’Usap à Aimé-Giral, avec deux bonus défensifs récoltés en terres catalanes (16-12 ; 39-34). Avant la venue tant attendue de Grenoble dans deux semaines, Perpignan ne devra pas manquer la réception du RCV, demi-finaliste de la saison passée. Rien que ça.

Émilien Vicens
Voir les commentaires
Réagir