Colomiers : entamé, c’est pesé !

  • Sébastian Poet a parfaitement guidé le jeu columérin permettant aux Haut-Garonnais de s’installer un peu plus dans le top 6. Photo M.O. - D.P.
    Sébastian Poet a parfaitement guidé le jeu columérin permettant aux Haut-Garonnais de s’installer un peu plus dans le top 6. Photo M.O. - D.P.
Publié le / Mis à jour le

Grâce à des entames de mi-temps appliquées, et furieusement dynamiques, les Haut-Garonnais n’ont pas trébuché. Leur soif de victoires n’est pas assouvie.

Est-ce que c’est la "crainte" que leur avait inspiré toute la semaine leur adversaire du dimanche qui les a fait démarrer de cette manière ? Les Columérins n’ont en tout cas pas eu de retard à l’allumage, prenant le taureau audois par les cornes si l’on peut dire, lui portant des estocades fatales dans les dix premières minutes de chaque mi-temps. "On craignait Carcassonne, on savait qu’ils étaient très denses sur les points de rencontres, qu’il y allait y avoir du combat" répétait Julien Sarraute après-coup. L’entraîneur principal était naturellement satisfait de ce qu’il avait vu, car si Colomiers a su refroidir les ardeurs audoises, cette équipe ne le doit qu’à elle-même. En prenant le jeu à son compte, et en multipliant les initiatives à l’image d’un Sébastian Poet , tranchant et inspiré à l’attaque de la ligne, les Haut-Garonnais ont démontré qu’ils étaient en place dans leur rugby. C’était déjà difficile d’en douter après ce début de saison et ce premier tiers du championnat qui montre que le club à la colombe a beaucoup appris du très pénible exercice précédent. Sa carapace est bien plus robuste.

La mêlée fermée et la défense donnent le ton

Si les trois-quarts ont pu se régaler alors que le soleil jouait à cache-cache et que le ciel avait décidé d’offrir une composition en clair-obscur, c’est aussi le résultat d’un travail de sape de la part du huit de devant haut-garonnais. En mêlée fermée, les jeunes Guillaume Tartas et Gaëtan Barlot, deux produits du centre de formation, ont donné le ton, bien aidés par l’expérimenté Beka Sheklashvili, et récupérant jusqu’à trois pénalités dans le secteur de jeu.

Colomiers "voulait marquer" son adversaire du jour comme le répétait Jean Thomas, redescendu de la cage depuis quelques rencontres. Ces avancées, qui traduisent plus que tout une force collective et "une belle cohésion" dixit Thomas, le troisième ligne casqué. Elles ne doivent pas non plus occulter que si "les entames ont été très efficaces pour nous permettre de prendre rapidement le score et de nous mettre en confiance" comme le rappelait Julien Sarraute, ces dernières sont aussi le fruit d’un investissement défensif sans faille. Le premier essai arrive par un double plaquage de Fabien Perrin et Maxime Granouillet. Ce qu’appelle l’entraîneur principal "un sens aiguisé du travail dans la coopération". On ne saurait mieux dire. Voilà un nouveau match complet.

Enzo Diaz
Voir les commentaires
Réagir