• La demie de mêlée française Laure Sansus aura été de tous les bons coups… Malheureusement, cela n’aura pas suffi pour l’emporter. Photo Icon Sport
    La demie de mêlée française Laure Sansus aura été de tous les bons coups… Malheureusement, cela n’aura pas suffi pour l’emporter. Photo Icon Sport
Publié le / Modifié le
Féminines

Les Bleues défaites d’un rien...

À Exeter, la France tenait une excellente performance dans le Crunch. Mais un manque de lucidité dans les derniers instants, lui coûte la victoire.

79 minutes excellentes malheureusement ça ne suffit pas pour s’imposer face à ce qui se fait de mieux sur la planète rugby, qui plus est à l’extérieur. La France tenait sa performance, sa revanche par rapport à la semaine passée et puis tout s’écroula sur un mauvais dégagement, offrant un ballon de relance cadeau aux Red Roses, qui en seulement deux passes mettent l’inévitable Emily Scarratt sur orbite qui n’a plus qu’à décaler son ailière. La meilleure joueuse du monde a été la seule à vraiment faire mal aux Bleues car les Françaises ont dominé tous les secteurs, surtout la conquête, de quoi laisser un goût amer dans la bouche de la capitaine Gaëlle Hermet. "Nous sommes frustrées évidemment, mais nous pouvons être fières et partir la tête haute. Notre prestation est très bonne mais on ne la valide pas. On a dominé dans beaucoup de secteurs, mais elles se nourrissent des quelques ballons que l’on ne maîtrise pas." Si le bilan de cette tournée est difficile à avaler, la capitaine compte bien s’appuyer dessus pour la suite. "Cette tournée nous a permis de prendre conscience de plein de choses. Qu’il fallait travailler encore et apprendre à concrétiser. Il y a quand même du positif notamment notre mêlée." Le staff se disait également très satisfait des progrès que le groupe est capable de faire en seulement une semaine, à l’image de la touche.

Le clone féminin d’Antoine Dupont

Parmi les aspects positifs, les Françaises pourront retenir l’éclosion au niveau international de la demie de mêlée Laure Sansus. Partenaire du phénomène Antoine Dupont au Stade toulousain, Gaëlle Hermet avoue que le parallèle est évident avec leur homologue rouge et noir. C’est-à-dire, peut-être pas la plus rapide pour extraire des ballons, mais du gaz et des cannes lorsqu’il s’agit de démarrer au ras des rucks, disponible au relais pour faire vivre le ballon et des petits appuis qui lui permettent des crochets vifs. À une minute près, elle était sans hésiter la femme de la rencontre. Elle en fait parfois un peu trop en tentant des passes compliquées en bout de course mais elle réalise deux exploits pour un essai et une passe décisive (voir "le match"). Dans l’ombre de Pauline Bourdon nommée parmi les meilleures joueuses de la planète, la Toulousaine a marqué de précieux points à l’aube du Tournoi. Annick Hayraud a déjà commencé à se creuser la tête, puisqu’à l’heure de jeu, c’est à l’ouverture qu’est entrée Pauline Bourdon, décalant toute sa ligne de trois-quarts. Un problème de riche qui ne déplaira pas au staff tricolore. Prochaine échéance pour les humbles et affamés, le Tournoi des 6 Nations une nouvelle fois face à l’Angleterre. Malgré leurs trois "Crunch" perdus en 2019, les Françaises assurent qu’elles seront au rendez-vous le 2 février prochain à Pau.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir