Première éclatante pour le Stade montois

  • Christophe Loustalot
    Christophe Loustalot Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
  • Pro D2 - David Auradou coach de Mont-de-Marsan
    Pro D2 - David Auradou coach de Mont-de-Marsan Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Après avoir laissé passer vingt minutes d’orage, les Montois ont enclenché une marche avant irrémédiable.

Entendre les adversaires crier leur joie à la fin des rencontres à Jean-Alric devient une bien mauvaise habitude pour les Aurillacois. Mais Mont-de-Marsan ne boudait pas son plaisir d’avoir réussi un coup dans le Cantal, une première d’ailleurs cette saison à l’extérieur. En six ans, David Auradou avouait "une première victoire en terre cantalienne. Nous sommes vraiment contents d’avoir gagné ce soir car on en avait besoin, comptablement, depuis un bout de temps. Et puis on sait très bien qu’ici c’est une place forte et qu’il est très très compliqué de venir faire un résultat".

Effectivement, Mont-de-Marsan s’est trop souvent cassé les dents en Auvergne, prenant même parfois de grosses déculottées et perdant souvent ses illusions en phases finales. Bref, du passé donc bien que Mont-de-Marsan ait réalisé une entame délicate. Du coup, on a craint du côté du staff que l’histoire se répète. Mais voilà, rien n’est pareil dans ce Pro D2 qui ne cesse de tordre le cou aux habitudes. Mont-de-Marsan subit durant vingt minutes, est mené 13-3 au moment même où Neisen, ouvreur d’Aurillac, sort sur blessure (22e). D’un coup, ce n’est plus le même match. Et un trio va à lui seul faire basculer la rencontre. Tout d’abord avec la paire de centre Adrien Séguret et Nacani Wakaya. Le premier cassant les lignes et le second pour signer un doublé en terre promise. Ensuite, c’est Yoann Laousse-Azpiazu qui non seulement s’offre 20 points et un 100 %, mais a gratifié Jean-Alric d’une relance assassine amenant le second essai montois signé Maselino Paulino. En à peine un quart d’heure, Mont-de-Marsan vient de tuer le match, profitant parfaitement des trop nombreuses fautes au sol locales, exploitant impeccablement les ballons tombés, grattés ou arrachés

Balles aux centres

Pourtant bousculés en mêlée, ce qui vaudra un jaune à Jéronimo Negrotto (42e), et même après l’essai de l’espoir aurillacois (49e), les Montois ne paniqueront pas. "Notre première mi-temps a été un peu compliquée en mêlée. On a réglé le problème et les joueurs entrants ont fait ce qu’il fallait de ce point de vue là", relevait David Auradou qui remarquait aussi que les siens avaient réglé la touche et la défense.

Parce que si le trio Laousse-Azpiazu – Séguret – Wakaya a fait mal sur le premier acte, que doit-on dire du banc montois, de la première ligne et de son paquet d’avant qui a renversé la vapeur, ne laissant que des miettes aux locaux et mettant au placard toute idée de retournement de situation. Cette victoire fait un bien fou aux Montois, "même si tout n’a pas été parfait", qui devront maintenant confirmer "face à Béziers à la maison. Car sinon, cette victoire n’aura servi à rien", prévenait David Auradou.

Jean-Marc Authié
Voir les commentaires
Réagir