• Jean-Luc Doy, le président de Nantua, et Gilbert Brunat, l’entraîneur de Montmélian. Leurs clubs respectifs leur rendront hommage ce week-end.
    Jean-Luc Doy, le président de Nantua, et Gilbert Brunat, l’entraîneur de Montmélian. Leurs clubs respectifs leur rendront hommage ce week-end. Droits réservés / Picasa / Droits réservés
Publié le / Modifié le
Fédérale 2

Nantua - Montmélian pour un hommage

Nantua et Montmélian, touché il y a quelques jours par le décès respectif de leur président, Jean-Luc Doy, et leur entraîneur, Gilbert Brunat, leur rendront hommage dimanche prochain lors des réceptions de La Bièvre et Annecy.

Nantua et Montmélian, s’apprêtent à vivre un dimanche riche en émotions. Les deux pensionnaires de la poule 3 de Fédérale 2 vont disputer leur premier match après le départ, suite à une longue maladie, de deux figures importantes de leur club. Jean-Luc Doy (56 ans), le président nantuacien, s’est éteint mercredi 13 novembre et Gilbert Brunat (61 ans), l’entraîneur des avants de Montmélian, est parti dans la nuit de vendredi à samedi dernier.

Jean-Luc Doy, le président de Nantua, et Gilbert Brunat, l’entraîneur de Montmélian. Leurs clubs respectifs leur rendront hommage ce week-end. Photos DR
Jean-Luc Doy, le président de Nantua, et Gilbert Brunat, l’entraîneur de Montmélian. Leurs clubs respectifs leur rendront hommage ce week-end. Photos DR - Droits réservés

Après des hommages lors des matchs de Pro D2 à Oyonnax et Grenoble, leurs clubs vont leur rendre hommage aux deux anciens troisième ligne ou talonneur à l’occasion des réceptions de La Bièvre-Saint-Geoirs et Annecy. "Il y aura un ruban noir sur les maillots, une minute d’applaudissements et un discours, explique le président délégué au sportif de Montmélian, Michel Olivetto. C’est dur pour tout le monde." Le dimanche précédent son décès, il était encore sur le banc aux côtés d’Anthony Forest pour la réception de La Bièvre. "Il ne se plaignait jamais, avait toujours le sourire, poursuit le dirigeant. Il a donné une leçon de courage à tout le monde, notamment aux plus jeunes."

Un guerrier et un battant

À Nantua, le choc a également été durement ressenti. Vendredi dernier, l’entraînement a été annulé, et les joueurs se sont réunis dans le vestiaire autour d’une bière pour parler de Jean-Luc Doy, le flanker - "Il découpait", se souvient, ému, le président du comité de l’Ain et ancien coéquipier, Pierre Paoli - ou l’éducateur, qui a accompagné un paquet de gamins à l’école de rugby nantuacienne. Dans l’équipe seniors, une quinzaine de joueurs, de la génération 91, formés au club, avait eu le président comme éducateur. Tous ont eu besoin de vider leur sac autour d’un verre avant de retrouver les anciens. Un hommage discret lui sera rendu. "Il était très humble, rappelle l’un des dirigeants, Alain Massiat. Il ne voulait pas qu’on fasse trop de blabla." Les joueurs ont prévu de porter un tee-shirt en son hommage. Ils veulent également l’emporter contre La Bièvre pour être fidèle à son état d’esprit. "Jean-Luc était un guerrier et un battant, rappelle le coentraîneur, Mehdi Karim, qui l’a eu comme éducateur mais l’a aussi côtoyé comme coéquipier, à l’orée de sa carrière et au crépuscule de la carrière de l’autre. Nous allons préparer ce match au mieux et représenter le mieux possible sa personne."

Pour ne pas oublier ce que tous deux ont apporté au rugby et à leur club et que le rugby aura été l’une de leurs plus grandes passions.

Sébastien Fiatte
Voir les commentaires
Réagir