Tactique synthétique

  • Les joueurs de l'UBB se sont entraînés sur du synthétique pour préparer le déplacement au Racing
    Les joueurs de l'UBB se sont entraînés sur du synthétique pour préparer le déplacement au Racing Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

L’Union Bordeaux-Bègles a préparé le déplacement au Racing en travaillant sur synthétique. Une surface qui pourrait bien réussir au jeu rapide des Girondins.

Les bons mots de Christophe Urios sont légions, mais celui-là mérite au moins d’être cité. À un journaliste qui parlait de rugby sur synthétique, le manager girondin préféra la formule : "du rugby dans une salle des fêtes." Au-delà de l’humour, la "salle des fêtes" dimension XXL de la U Arena, offre, il est vrai, des conditions particulières pour jouer. Et le très méticuleux manager a préparé ce match coincé entre deux confrontations en Challenge Cup, avec le soin qu’on lui connaît : "Ce n’est pas pareil. C’est particulier, je l’ai vécu l’année dernière. C’est particulier parce que l’atmosphère n’est pas la même, qu’il y a du bruit, qu’il fait chaud, parce que les rebonds ne sont pas les mêmes, parce qu’il y a de la vitesse comme nul part ailleurs. C’est pour cela que depuis trois semaines, on se prépare à jouer sur synthétique. Cette semaine, on va quasiment tout faire dessus. Sur le synthétique, on n’aura pas de problèmes."

L’UBB va jouer un match révélateur contre un Racing redevenu par la grâce du retour de ses internationaux, redoutable. "Au vu de leurs deux derniers matchs en coupe d’Europe, on a intérêt à être prêt", prévient Alexandre Roumat. "parce que sinon cela risque d’être difficile, en plus sur une surface sur laquelle on n’a pas l’habitude de jouer. Quand on voit les deux gros matchs qu’ils ont effectués en Coupe d’Europe, où ils ont réellement élevé leur niveau de jeu, avec l’apport notamment des internationaux qui sont revenus, c’est vrai que ce n’est plus le même Racing qu’en début de saison."

"ils ne sont pas imbattables"

Christophe Urios, qui n’a que peu goûté la première mi-temps passée "à dormir" de son équipe en Écosse, l’a bien relevé : "…. Quand tu joues le Racing au Racing, tu ne regardes pas le classement, tu regardes ce qu’il y a en face. Et ce qu’il y a en face, c’est solide." En revanche, il pense son équipe capable de l’emporter à la U Arena : "Je trouve que l’on a une équipe qui est capable de bien s’adapter à cette surface. On a de la vitesse, on a du punch. Après, cela reste du combat, car cela reste du rugby. Alors, cela va plus vite, plus fort. Après, c’est comment tu te prépares mentalement." Et le groupe est plutôt à l’écoute, vu le nombre de joueurs capables de postuler. "Quand on voit les deux équipes qui s’affrontent à l’entraînement", précise l’arrière Romain Buros, "Ce sont deux équipes qui seraient compétitives en Top 14. Tous les joueurs sont en concurrence. " L’Union s’attend à un accueil en bon ordre et va veiller aux entames de matchs des Bleu et Blanc, à la puissance de son pack et à des individualités qui "gagnent leurs duels et qui mettent à mal toutes les équipes d’Europe", dixit Alexandre Roumat. Tout le monde est sur le pont pour ce match que l’Union va jouer sans stress. "On y va vraiment sans aucune pression particulière, avec j’espère de l’ambition", conclut Christophe Urios. Cela pourrait donner une belle confrontation dans la salle des fêtes... En synthétique.

Jean-Yves Saint Céran
Voir les commentaires
Réagir