Adieu Ibrahim Diarra

  • Ibrahim Diarra nous a quittés
    Ibrahim Diarra nous a quittés Dave Winter / Icon Sport / Dave Winter / Icon Sport / Dave Winter / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Terrible nouvelle pour le rugby français : l'ancien troisième ligne de Montauban, de Castres, de Pau et de Lavaur Ibrahim Diarra a succombé à un arrêt cardio-vasculaire à seulement 36 ans.

On dit souvent que ce sont toujours les meilleurs qui partent en premier. Cette funeste vérité se vérifie encore aujourd'hui avec le décès prématuré d'Ibrahim Diarra, l'ancien troisième ligne international passé par Montauban, Castres, Pau et Lavaur. "Ibou" comme tout le monde le surnommait a été victime d'un accident vasculaire cérébral à son domicile, en région parisienne qu'il avait regagné pour prendre du repos après avoir subi une première alerte cardiaque survenue quelques semaines auparavant. Transporté en urgence à l'hopital Georges Pompidou, il fut opéré mais tomba dans un état critique après des complications post-opératoires. Il nous a quittés ce mercredi 18 décembre 2019.

Tous ceux qui ont eu la chance de croiser sa route sont en deuil. Sa famille et ses proches bien sûr, mais aussi ses entraîneurs, ses anciens coéquipiers, et les supporters des clubs par lesquels il est passé. En douze ans de rugby professionnel, Diarra a disputé pas moins de 239 matchs en Top 14, Champions Cup, Challenge Cup et Pro D2. Il a même eu le privilège d'une cape avec le XV de France le 9 mars 2008 pour affronter l'Italie au Stade de France en tant que titulaire. On se souvient encore de sa conférence de presse hilarante d'avant-match où il avait fait rire l'assistance par sa spontanéité naturelle et son humour décapant.

Sacré champion de France en 2013 aux dépens de Toulon, il avait été l'un des grands acteurs du titre avec 14 matchs disputés dont 13 comme titulaire. C'est notamment lui en finale qui avait ouvert la brèche au bord du ruck pour son coéquipier Rory Kockott qui avait inscrit l'essai décisif : Bakkies Botha l'avait attrapé dans un ruck et lâché du regard le demi de mêlée tricolore. On gardera donc de ce joueur son activité débordante et ses plaquages appuyés mais surtout son enthousiasme débordant et sa joie de vivre contagieuse.

L'ensemble de la rédaction de Midi Olympique et de Rugbyrama présente ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches.

Voir les commentaires
Réagir