Une spirale à briser

  • Le retour des mondialistes dans le championnat de France a mis fin à l’embellie lyonnaise. Les temps sont durs pour les partenaires de Josua Tuisova qui voient les concurrents revenir à grands pas sur eux. Photo Icon Sport
    Le retour des mondialistes dans le championnat de France a mis fin à l’embellie lyonnaise. Les temps sont durs pour les partenaires de Josua Tuisova qui voient les concurrents revenir à grands pas sur eux. Photo Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Déchu de son trône de leader et au cœur d’une spirale négative de cinq défaites en six matchs, le Lou doit absolument se reprendre contre Bayonne pour conclure l’année en beauté.

À Castres la semaine dernière, le Lou n’a pas fait que recueillir sa cinquième défaite consécutive à l’extérieur. Il a surtout subi son cinquième revers lors des six derniers matchs (son unique succès en cette fin d’année ayant été obtenu face aux Italiens de Trévise qui avaient procédé à un immense turnover) et a logiquement perdu la place de leader qu’il occupait depuis la début de la saison, en faveur d’une UBB bien plus constante que lui ces derniers mois. Forcément de quoi agacer car si les Lyonnais conservent une marge de manœuvre confortable avec onze points d’avance sur le premier non qualifiable, celui-ci peut commencer à se faire du souci au sujet de la place de demi-finaliste direct, tant des équipes comme Toulon ou Toulouse (respectivement six et sept points de retard) tournent comme des avions à l’heure actuelle. Un constat d’autant plus amer que le Lou a perdu son meneur de jeu et capitaine Baptiste Couilloud jusqu’au mois de février, tandis que Julien Puricelli se tâte à mettre un terme définitif à sa carrière et que Félix Lambey n’a toujours pas repris. N’en jetez plus, la coupe est pleine…

Pas de panique

Alors, certes, la situation n’est pas catastrophique. Et il y a d’ailleurs fort à parier que, tout comme les Lyonnais ont su profiter des doublons de la Coupe du monde pour faire le trou au classement en début de saison, la période du Tournoi lui offre encore des possibilités de se refaire à la fin de l’hiver. Reste qu’il ne faudrait pas céder à la panique d’ici là et qu’à ce titre, la réception de Bayonnais eux aussi en plein doute (aucune victoire lors des quatre dernières journées de championnat) tombe à point nommé pour retrouver un brin de confiance. "Nous ne sommes pas morts, nous sommes toujours dans les six premiers et nous allons nous accrocher pour y rester, confiait Pierre Mignoni à l’issue du déplacement à Castres. Il faut surtout sortir de cette spirale. Je n’ai pas grand-chose à reprocher aux joueurs mais il faut davantage de caractère. C’est ce que je leur ai dit : je ne veux pas des petits garçons mais des joueurs de caractère, surtout dans les moments compliqués."

Des émotions à maîtriser

Le constat est en effet implacable, qui veut que dès lors qu’il se retrouve au pied du mur, le Lou cède à son péché mignon de l’indiscipline. Un facteur qu’il s’agira de maîtriser face à l’Aviron, ainsi que le préconisait Pierre Mignoni. "En ce moment, je pense que j’ai des joueurs qui ne sont pas capables de rester froids dans les moments chauds. Sous pression, ou pas d’ailleurs, ils n’arrivent pas à rester maîtres de leurs émotions. Depuis un petit moment, on n’arrive pas à se contrôler, il va falloir travailler là-dessus. On n’a aucune excuse. Je vais parler avec certains joueurs mais je ne sais pas si c’est à un psychologue qu’il faudrait plutôt s’adresser." Petite pique à l’adresse de ses joueurs ou véritable idée de management ? On penche bien évidemment pour la première hypothèse puisque, jusqu’à plus ample informé, les Lyonnais ne craquaient pas de la sorte en début de saison. À eux donc de se remettre dans le droit chemin face à Bayonne et d’attaquer 2020 débarrassés de cette mauvaise spirale. Sous peine de passer un très, très mauvais réveillon...

Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir