Carton plein pour Castres

  • Les Tarnais ont été emportés par la furia varoise. Il faudra encore attendre pour ramener des points en déplacement.
    Les Tarnais ont été emportés par la furia varoise. Il faudra encore attendre pour ramener des points en déplacement. Midi Olympique / Julien Poupart / Midi Olympique
Publié le / Mis à jour le

En difficulté dans le défi physique, les Tarnais ont explosé à Mayol. Une chute précipitée par une grande indiscipline, un mal récurrent.

L’idée avait de quoi séduire : profiter de ce premier match de l’année en déplacement pour tenter des coups, créer des associations inédites ou en manque de temps de jeu et, pourquoi pas, essayer de ramener à Castres les premiers points de la saison tarnaise en déplacement. Le contexte se prêtait à ce galop d’essai : Castres, après un mois de décembre éprouvant, devait faire souffler certains de ses cadres et la victoire probante et bonifiée contre Lyon à domicile lors du match le plus important du bloc ôtait toute pression à ce déplacement sur la Rade pour affronter une équipe de Toulon injouable cet hiver (neuf matchs consécutifs sans défaite au coup d’envoi).

La composition de l’équipe tarnaise révélait plusieurs choix forts. Le staff tarnais avait pris l’option d’aligner pour la première fois de la saison Victor Moreaux et Kévin Gimeno en deuxième ligne. Geoffrey Palis blessé, c’est Filipo Nakosi qui retrouvait une place de titulaire, après un mois de décembre passé à parfaire sa forme physique. Les jeunes Thomas Fortunel et Jérémy Fernandez composaient, quant à eux, une paire de demis d’avenir qui ne demandait qu’à acquérir des repères et des automatismes communs. L’idée était séduisante… sauf que rien ne s’est passé comme prévu. Dès la première minute du match, une échauffourée dans les 22 mètres des Tarnais aboutissait au premier essai du match. Un essai de pénalité assorti d’un carton jaune contre Jody Jenneker. Le début du calvaire.

Trois cartons jaunes en à peine plus de trente minutes

S’en suivront cinq autres réalisations toulonnaises pour donner la plus large défaite de la saison pour les Castrais (43-3). Les expériences et leurs éventuels enseignements n’auront que peu de crédit et passeront au deuxième plan après la prestation livrée par le CO à Mayol. Outre un déficit criant de puissance face au pack d’airain du RCT (deux essais de pénalité concédés en première période sur des ballons portés, un pack clairement dominé), l’autre principale explication à la déroute toulonnaise est claire. Les Tarnais ont tenu leur rang d’équipe la plus indisciplinée du Top 14 (11, 3 pénalités concédées par matchs avant le coup d’envoi) et ont volé en éclats face à la puissance toulonnaise. Les chiffres sont éloquents : à la mi-temps du match, les Tarnais avaient déjà été sifflés à douze reprises et accusaient déjà trois cartons jaunes contre eux dès la 32e minute (Jody Jenneker, Wayan de Benedittis, Victor Moreaux). Au coup de sifflet final, c’est seize pénalités qui avaient été sifflées à l’encontre des hommes de Mauricio Reggiardo. Dans ces conditions, impossible de résister à la furia d’une équipe toulonnaise à qui rien ne résiste en ce moment.

Les Castrais vont désormais basculer sur la Challenge Cup pour se laver la tête. Samedi prochain, il faudra battre les Dragons de Newport pour garder un espoir de se qualifier en phase finale. Et oublier ce non-match toulonnais.

Voir les commentaires
Réagir