Le casse-tête lyonnais

  • Baptiste Couilloud pourrait faire son retour dans le groupe lyonnais dès ce week-end contre Toulon. Photo Icon Sport
    Baptiste Couilloud pourrait faire son retour dans le groupe lyonnais dès ce week-end contre Toulon. Photo Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Perturbé depuis plusieurs semaines par une infirmerie bien remplie, les Lyonnais enregistrent le retour de nombreux joueurs. Entre le manque de rythme des revenants, les bobos des autres, et l’absence de joueurs en sélection, la préparation du match n’a pas été simple.

Le match

Quoiqu’il arrive demain, le Lou sera deuxième avant une pause bien méritée. Mais avant de partir en vacances et de reprendre par un déplacement chez le leader bordelais, il serait malvenu de se prendre les pieds dans le tapis à domicile et de se retrouver sous la pression. Ce serait sûrement perçu comme un aveu de faiblesse avant la dernière ligne droite et aiguiserait les crocs des poursuivants. Au contraire une victoire permettrait au Lou de garder ses distances avec le peloton, d’oublier la parenthèse européenne et de valider la victoire obtenue au courage à Agen lors de la dernière journée de Top 14.

L’adversaire

Les Lyonnais sont unanimes : terminer l’enchaînement démentiel de douze matchs par la réception de Toulon n’est pas un cadeau. Évidemment, on connaît la rengaine : il n’y a pas de matchs faciles en Top 14, etc. Sur une lancée de six matchs sans défaite, avec deux dernières sorties convaincantes à domicile et un match nul décroché à Toulouse, Toulon est l’équipe de Top 14 qui surfe sur la meilleure dynamique. Et elle fait peur au Lou. "Mais c’est de la bonne peur, souffle l’entraîneur des avants lyonnais, David Gérard. L’état d’esprit sera important. Nous avons connu ce cas de figure à l’inverse quand nous nous sommes rendus à Clermont (N.D.L.R. : défaite 15-24 le 20 octobre, après sept victoires consécutives). Nous marchions sur l’eau et nous avons pris la foudre là-bas. N’importe qui dans ce championnat peut faire tomber une équipe de son petit nuage. Espérons que nous aurons la capacité de le faire samedi."

Cela commencera par être capable de proposer un gros défi physique à leurs hôtes. "Je crois que cela va ressembler au match joué là-bas, explique le troisième ligne aile, Liam Gill. C’est important d’être bien présents dans les contacts, les rucks, les mêlées."

La dynamique

C’est la question à cent euros : quel Lou verra-t-on demain ? Il semble branché sur courant alternatif depuis quelques semaines, et a montré différents visages d’un week-end à l’autre, voire d’une mi-temps à l’autre, comme cela fut le cas contre Northampton samedi dernier. "Il y a un goût d’inachevé par rapport au match des Saints, reconnaît l’ancien deuxième ligne. À la mi-temps, nous étions contents et fiers de nous. Nous avions le match en main. Nous n’étions pas forcément en danger." Jusqu’à maintenant, il a réussi à faire le gros dos et à négocier au mieux ce qui ressemblait à son creux habituel en cette période de l’année.

L’effectif

Lors des trois derniers matchs, le Lou a déploré la sortie sur blessure deux joueurs à chaque fois. L’infirmerie, déjà bien remplie auparavant, a été pleine à craquer. Elle commence à se vider. Cette semaine, Carl Fearns, Loann Goujon, Pato Fernandez, Mickaël Ivaldi, Baptiste Couilloud, Thibaut Regard et Virgile Bruni avaient repris normalement l’entraînement. D’autres soignaient encore des bobos et étaient incertains, comme Josua Tuisova et Noa Nakaitaci, sortis en cours de jeu contre les Anglais. Ajouté aux absences, en sélection de Demba Bamba, Kilian Geraci et Dylan Cretin, la préparation du match a été compliquée. "Nous avons un plan A, un plan B, un plan C, expliquait David Gérard en début de semaine. La rotation est importante. Nous avons une quinzaine de blessés et d’absents. Les jeunes sont venus nous prêter main-forte. Ce n’est pas évident. Clairement, cette fin de bloc est poussive en termes d’effectif."

Une victoire sans nouveau blessé suffirait au bonheur des Lyonnais.

Par Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir