Un carrefour sur la route du maintien

  • Bayonne face à Brive.
    Bayonne face à Brive. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Bayonne et Agen sont au pied du mur. Le perdant sentira-t-il le vent du boulet ? Peut-être encore trop tôt pour l’avancer. Mais ce match marquera certainement un virage en bas du classement, avec le maintien en ligne de mire.

L’heure de vérité ! Le rendez-vous attendu ! Celui vers lequel se tendent toutes les forces depuis plusieurs semaines. Bayonne n’a plus gagné en Top 14 depuis le 12 octobre, soit une disette de six matchs. Et les Basques l’attendent, cette victoire, pour basculer dans une nouvelle dynamique. Le match qui se profile vaut, en plus, très cher. Face à une formation qui lutte tout comme eux pour rester dans l’élite. Un match à huit points. Chacun s’accorde à dire qu’il sera déterminant pour le maintien, même si le staff bayonnais ne veut pas verser dans cette sémantique. "Il ne s’agit pas de vivre dans une sinistrose, se défend Eric Artiguste. Mais, c’est vrai, ce match est très important. Il compte double. Agen est un concurrent direct… qui aura à cœur de nous rendre la monnaie de la pièce."

Justement, comment les Bayonnais s’y prendront-ils face à des Lot-et-Garonnais qui, semble-t-il, ont préparé ce match avec une intensité supérieure à l’ordinaire ? Bayonne qui a déjà chuté à domicile face à Pau, concédé le nul face à Brive, n’a plus le droit de perdre à domicile encore dans "son" championnat. Celui du bas. Justement Eric Artiguste, qui a en charge la défense, sait que, si ce secteur sera déterminant, il ne sera pas le seul. "La défense, c’est capital, argumente-t-il. Le titre de la saison dernière a été construit sur ce secteur. Par rapport à l’état d’esprit qu’ont les joueurs, j’y crois. Mais ce dimanche, il ne faudra pas seulement défendre. Il faudra aussi bien attaquer. C’est un ensemble. Si on joue "catenaccio ", ça ne nous portera pas chance. Les Agenais ne vont pas fermer leur jeu non plus."

Une confiance retrouvée ?

L’enjeu ne devrait donc pas être un frein à cette envie de se livrer. Les Bayonnais ne demandent qu’à surfer sur cette courbe qui, ces derniers temps, semble se redresser. Après la mauvaise série en championnat, la douce sensation de gagner est revenue à la faveur du match de Challenge européen, face aux London Irish. Même face à une équipe britannique remaniée, les Bayonnais ont montré leurs progrès, déjà entrevus à Bordeaux précédemment. "On a passé une période où on a été dans le dur, explique Eric Artiguste. Il y a eu Pau, Brive. Il faut maintenant rester sur la lancée du match à Bordeaux. Il nous a fait du bien. Celui des London a confirmé. À Toulon, le week-end dernier, on fait une très bonne première mi-temps. Les joueurs se sont accrochés. L’équipe se bat. Avec le travail mis en œuvre, je suis persuadé qu’on va exister encore. Ce n’est pas simple, certes. On prend des coups sur la cafetière !"

L’Aviron veut donc retrouver son efficacité du début de saison. La confrontation face à Agen marquera un tournant. En cas de succès, la confiance qui le fuit depuis longtemps pourrait revenir. "Une victoire pourrait nous faire rebondir, nous installer dans la confiance, continue le spécialiste de la défense. On a enchaîné des bons matchs en début de saison. On réussissait les choses qu’on tentait. Ces derniers temps, il y a toujours un petit geste technique, un petit rien qui fait qu’on n’y arrive pas. Or, on est capable de refaire la même chose."

La vérité surgira dimanche. Et si Bayonne venait à perdre, cela voudrait dire simplement, comme le souligne Philippe Tayeb, que Bayonne est monté trop tôt…

Par Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir