Année lancée pour le SAXV

  • Erwan Nicolas (Soyaux-Angoulême)
    Erwan Nicolas (Soyaux-Angoulême) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Après deux revers face à Perpignan, puis à Grenoble, le SA XV n’a pas fait dans la demi-mesure en recevant Montauban pour s’imposer avec le bonus offensif. Un premier succès en 2020.

Pour ce troisième match du premier bloc de 2020, Soyaux-Angoulême avançait avec un brin de pression. Car après avoir dû se contenter du bonus défensif face à Perpignan pour leur précédente rencontre à domicile (défaite 20-23) les Charentais ont chuté en Isère face à Grenoble (30-8). Avant un déplacement à Biarritz en clôture de cette série de rencontres, les Charentais se devaient donc de renouer avec la victoire pour ne pas laisser le Top 6 s’envoler. Et dès l’entame de rencontre, le SA XV a su marquer son territoire. Rien de surprenant selon le manager Angoumoisin, Adrien Buononato : "On fait une entame parfaite, cela allait vite. Ce n’est pas le hasard, les joueurs ont mis ce qu’il fallait dans l’engagement. Dès les premiers contacts les joueurs ont montré qu’ils ne laisseraient pas un centimètre à Montauban." Les premières minutes sont dominées par les Charentais. Et alors que les Angoumoisins regrettaient parfois de ne pas suffisamment se lâcher dans le jeu, cette rencontre est à l’opposé de ce constat. À la mêlée Nicolas oriente le jeu des siens avec vitesse et précision. Dans l’impact aussi les Angoumoisins dominent les débats et prouvent une nouvelle fois leurs valeurs humaines, pour le plus grand plaisir de leur manager : "Chapeau aux joueurs de relever la tête seulement cinq jours après Grenoble. C’est un groupe qui a de la ressource, du caractère et qui grandit en plus dans la gestion des parties."

Explications dans le vestiaire

Il faut dire que même s’il n’y avait rien de déshonorant à s’incliner coup sur coup face aux deux relégués de Top 14, les joueurs Angoumoisins ont eu du mal à digérer ces revers et se sont dit les choses dans l’intimité du vestiaire selon Quentin Witt, troisième ligne du SA XV : "On était un peu dans le dur ces derniers matchs. On se dit les choses pour avancer. À Grenoble le secteur le plus défaillant ça a été les zones de ruck. Il ne faut pas se mentir on s’est fait piquer les ballons dans les 22 mètres adverses. Et pour déblayer un mec dans un ruck, ce n’est pas en faisant des phrases que tu vas l’enlever. C’est à grands coups de citron dans la gueule." Désormais Quentin Witt vise une confirmation dans les semaines à venir "il ne faut pas que ce soit un feu de paille, on peut construire sur ça". Les Charentais auront l’occasion de se jauger dès jeudi prochain, lors d’un déplacement à Biarritz, un concurrent direct dans la course au Top 6. Avant une semaine de vacances pour préparer un prochain bloc capital, où les Charentais recevront à trois reprises pour un seul déplacement.

Dorian Bercheny
Voir les commentaires
Réagir