Larrieu : « Plus rien à perdre »

  • Thomas Larrieu (Valence-Romans)
    Thomas Larrieu (Valence-Romans) Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

De nouveau en difficulté depuis la reprise, le VRDR affronte l’équipe en forme du moment. Une révolte est nécessaire pour garder une once d’espoir pour la suite…

La 18e journée aura été celle des tourments pour le VRDR. Le match reporté à Carcassonne a annihilé l’esprit de revanche qui habitait le groupe : "On s’était préparé à une révolte, se servir de ce match pour se remettre les idées en place. Nous avons comblé ce match par deux séances d’entraînement, vendredi et samedi, pour ensuite basculer sur la réception de Colomiers", nous a confié Johann Authier.

Le succès bonifié d’Aurillac face à Rouen est aussi un nouvel uppercut reçu par le club drômois. Désormais à onze points d’Aurillac, le premier club non relégable, la situation, avec la défaite contre Rouen, et la bonne affaire réalisée par les Cantaliens, a empiré. Certes les différentes déclarations du coprésident Laurent Beaugiraud : "Nous nous battrons jusqu’au bout", du boss du sportif : "Nous n’abandonnerons pas" sont autant de signes d’une volonté de rester mobilisé. Mais sur le terrain, en ce début d’année, c’est une autre paire de manches. À Montauban, contre Rouen, les Damiers sont retombés dans leurs travers du début de saison.

Jouer libéré

Cet esprit de révolte, les coéquipiers de Thomas Larrieu vont essayer de le mettre en exergue face aux redoutables Columérins. "C’est clair nous n’avons plus rien à perdre. Il nous faut jouer libéré, se rappeler du match aller où pendant 20 minutes nous avions su être agressifs, solides en conquête, pour ensuite perdre le fil du match. Nous devons pouvoir jouer à ce niveau 80 minutes, c’est à cette seule condition que nous pourrons inquiéter les Haut-Garonnais. Il nous faut retrouver cette agressivité qui nous a manqué contre Montauban et Rouen", insiste le boss du sportif. Le troisième ligne Sean Dougall ne veut rien lâcher : "C’est clair, la défaite face à Rouen a été un coup de massue. Les Normands nous ont dominés dans l’agressivité, le combat… Nous avions l’occasion de quitter cette dernière place. À nous de régler les détails qui nous ont fait sortir du match contre Rouen. À nous de jouer libéré, d’être performant, de retrouver le jeu que nous avions pratiqué lors du quatrième bloc. Nous n’avons plus rien à perdre…"

Colomiers est le favori. Les Damiers, malgré la défaite face à Perpignan, avaient démontré qu’ils pouvaient inquiéter les meilleurs. À eux de rééditer une telle prestation, et de la finaliser par un succès.

Denis RAVANELLO
Voir les commentaires
Réagir