Victoire obligatoire pour Rouen

  • Les Normands et Bastien Cazale-Debat ne veulent pas renier leurs principes de jeu, tous convaincus qu’ils sont que leur salut ne passera pas par le petit périmètre.
    Les Normands et Bastien Cazale-Debat ne veulent pas renier leurs principes de jeu, tous convaincus qu’ils sont que leur salut ne passera pas par le petit périmètre. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

Revenu tête basse de son déplacement à Aurillac, où le RNR y a perdu lourdement, offrant même un bonus offensif aux cantaliens qui pourra coûter très cher au final. La venue de Béziers, peut être le remède pour se remettre la tête à l’endroit.

À domicile, dans ce stade Diochon où tout lui sourit, le Rouen Normandie Rugby ne doit pas trembler. Sans pour autant faire de l’antique stade Mermoz le responsable de ces soucis à domicile, il est clair que, soutenu par un public qui répondra en nombre, Rouen n’a jamais tremblé dans ce mythique stade où le ballon rond est roi. Tout au long de la semaine, le coach Richard Hill s’est voulu rassurant. Avec sept matchs à la maison, il reste de la marge pour croire au maintien, même si dans les travées, on commence à se croire chat noir. Rouen a clairement du mal à commencer (Valence-Romans) et à finir ses rencontres (Colomiers). Et les Normands n’ont pas vraiment existés face à la hargne des Aurillacois.

Des intentions au large

Alors que doit faire le promu ? Sûrement mieux gérer ses temps faibles, en s’attelant à défendre la ligne sans rendre le ballon au pied, éviter de donner le bâton pour se faire battre. De la discipline aussi ! Une fois encore, Rouen a joué en infériorité numérique à Aurillac et, même si ça ne se voit pas immédiatement au tableau d’affichage, cela fatigue beaucoup plus de défendre à quatorze. Et c’est souvent dans les dix minutes suivantes que les Normands craquent. Ce qui est rassurant, c’est que Rouen garde la volonté de jouer, de créer et les intentions sont au large. Tout en étant solide sur la ligne, Rouen ne veut pas se recroqueviller et défendre dans des regroupements compliqués mais plutôt avancer et mettre du rythme. Il faut donc gagner les duels, être plus costaud, mentalement et physiquement. Aurillac a un parcours plus compliqué à venir. Ils ont faits le bon coup contre Rouen en se donnant de l’air. Sauront-ils reproduire la même chose à Mont-de-Marsan ?

Rouen, de son côté, ne peut pas faire pire et va avancer match après match. Le staff ne veut pas se projeter, commencer à calculer ou espérer de la mauvaise fortune d’un club en péril pour se sauver. Ce n’est pas la politique du Lion normand qui ira avant tout chercher victoire après victoire, en commençant par Béziers avec l’obligation de bien faire. De leur côté, les Biterrois sont en train de chuter au classement. Est-ce pour autant le bon jour pour venir se relancer ? C’est sûrement ce qu’ils se disent. On peut donc d’ores et déjà annoncer que malheur au perdant.

Gaël Lecoeur
Voir les commentaires
Réagir