• Chloé Sanz à gauche évolue à l'aile à Blagnac et rêve d'un maillot Bleu
    Chloé Sanz à gauche évolue à l'aile à Blagnac et rêve d'un maillot Bleu DR / DR
Publié le / Modifié le
Élite 1

Chloé Sanz : graine de star

Henri Sanz, son papa, a été capitaine de l’équipe de France. Chloé Sanz évolue à l’aile à Blagnac et rêve d’un maillot bleu. Découverte…

Henri Sanz, voilà un patronyme que les moins de 20 ans ne connaissent peut-être pas… Et pourtant, il a fait les beaux jours dans les années 80 de Graulhet et de Narbonne au début de la décennie 90, remporté trois challenge Yves-du Manoir avec les Orange et Noir, commandé l’équipe de France à une reprise en 1989 pour une mémorable victoire face à l’Australie à Lille. Chloé, sa fille de 20 printemps, évolue à l’aile de l’attaque à Blagnac où sa pointe de vitesse est redoutée par les défenses adverses. Dans cette famille qui respire la culture ovale à pleins poumons, l’attaquante blagnacaise tient à préciser. "Mon père ne m’a jamais poussée à jouer au rugby. Jeune, j’ai pratiqué l’athlétisme et l’équitation. J’ai découvert le rugby un peu par hasard en allant voir un tournoi à VII à Sigean. J’ai décidé alors de m’inscrire à Narbonne. J’ai commencé en cadette, une fois que j’ai eu 18 ans, j’ai évolué avec l’équipe fanion en Élite 2. Je garde un excellent souvenir de cette période. J’avais d’excellents rapports avec mes coéquipières, je suis également très reconnaissante envers mes entraîneurs. Sur le plan technique, ils m’ont fait progresser."

Championne d'Europe à 7 moins de 18 ans

Après la phase d’apprentissage narbonnaise, elle intègre le pôle espoir de Jolimont, décroche sa première sélection avec France VII moins de 18 ans, sélection concrétisée par un sacre européen au tournoi de Vichy. Ses qualités séduisent l’entraîneur blagnacais, Nicolas Tranier lequel lui propose de tenter l’aventure en Élite 1. "En effectuant mes études à Toulouse, je n’ai pas hésité à signer à Blagnac, explique-t-elle. Un choix que je ne regrette pas. C’est un super club. L’an dernier pour ma première année, j’ai eu le plaisir de disputer la demi-finale face au Stade toulousain." À 20 ans, Chloé Sanz a des projets plein la tête. Elle souhaite valider en juin sa première année de Staps. Sur le plus long terme, elle rêve d’un maillot bleu et d’un titre national avec Blagnac. Un double projet ambitieux, mais certainement pas irréalisable.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir