• Nicolas Kayser et Guillaume August ont relancé l’équipe première avec les anciens espoirs :les Strasbourgeois sont les favoris du Grand Est pour la montée en Fédérale 3.
    Nicolas Kayser et Guillaume August ont relancé l’équipe première avec les anciens espoirs :les Strasbourgeois sont les favoris du Grand Est pour la montée en Fédérale 3. DR / DR
Publié le / Modifié le
Honneur

Strasbourg candidat au retour

Les Alsaciens ont réussi à relancer un nouveau club après le dépôt de bilan de l'ancienne structure. Ils sont favoris la montée en Fédérale 3

Leaders de leur groupe honneur avec onze points d’avance, et toujours invaincus après onze rencontres, les "nouveaux" Strasbourgeois ont obtenu facilement leur qualification pour leurs demi-finales régionales. Ils sont en course en tant que favoris, pour arracher le seul billet promotionnel vers la Fédérale 3 accordé à la ligue Grand Est. Cette position sportive dominante dit que les responsables alsaciens ont déjà réussi leur pari. Moins d’un an après le dépôt de bilan du club de Fédérale 1, prononcé sur un déficit évalué à plus de 700 000 €, et malgré ce très lourd passé à plusieurs déficits et relégations administratives, ils ont relancé une machine et maintenu le rugby dans une dimension compétitive. Sur la foi de leur profil sans tache, les sept dirigeants qui forment le nouveau bureau directeur, ont réussi à faire croire en une nouvelle histoire. Le président Laurent Neueurbourg s’occupait de l’école de rugby dans l’ancienne organisation, tout comme le trésorier Raphaël Schneider. Le secrétaire général Michel Beretz ne faisait rien au moment de la débâcle, quand le vice-président Laurent Auvray, ainsi que Marc Philippe et Vincent Brelet, y ont assisté en tant que simples partenaires. Sandrine Lebideau-Vincent n’était qu’une maman de l’école de rugby avant de devenir responsable du marketing et de la communication. Tous les sept et leur équipe de bénévoles, ont recréé des conditions de vie possible.

Un encadrement de quatre salariés

Réunis au départ pour sauver les meubles de la formation, leur volonté, et le soutien qu’ils avaient reçu de la municipalité, avaient déjà permis les conditions d’un lancement de club réussi. En convainquant Guillaume August et Nicolas Kayser, deux joueurs de l’effectif en fédérale 1, de reprendre les commandes techniques de l’équipe première en honneur, ils avaient aussi impulsé un mouvement très positif en seniors. Quelques mois après leur prise de fonctions, les deux anciens coéquipiers dirigeant une équipe de 21 ans de moyen d’âge, constituée essentiellement pas les anciens espoirs du club. "Nos jeunes joueurs sont vraiment très motivés, c’est super, les remercie leur président Laurent Neuerbourg. Quand l’ancien club a explosé, la plupart d’entre eux avaient reçu des offres d’autres clubs. Leur cœur a parlé, et ils ont choisi de rester pour participer à une aventure. Je ne sais pas si nous réussirons à monter en Fédérale 3 dès cette saison. Je l’espère. Nous voulons même jouer en Fédérale 2 en 2022. Nous avons une dynamique. Le simple fait de se retrouver en capacité d’y croire, dit que nous avons pris les bonnes options. Nous avons choisi de mettre nos moyens sur l’encadrement, et cela paye. " Avec Guillaume August et Nicolas Kayser, deux autres salariés figurent dans l’encadrement : le responsable sportif Nicolas Carrot et Jimmy Brancheri, tous les deux anciens joueurs également. Tous vont dans les écoles réaliser des initiations en milieu scolaire. Et pour ce club qui est posé au milieu d’une Zup, la décision des dirigeants d’intégrer un aspect social à leur objet associatif - seul les Massicois avant eux avaient intégré un objet social dans leurs statuts - l’a relancé dans sa dimension formatrice. Avec deux cent trente licenciés, Strasbourg a maintenu un effectif global satisfaisant. Et en créant un budget de 350 000 euros, ils se sont donné les moyens de soutenir une action de fond. Le Strasbourg nouveau présente à ce jour des garanties de renaissance très solides.

Guillaume Cyprien
Voir les commentaires
Réagir