Pas vous, Jules...

  • Les anciens coéquipiers Nicolas Sanchez et Jules Plisson se sont donnés en duel pour le retour du second à Jean-Bouin.
    Les anciens coéquipiers Nicolas Sanchez et Jules Plisson se sont donnés en duel pour le retour du second à Jean-Bouin. Icon Sport - Sandra Ruhaut
Publié le

Le retour de Jules Plisson à Jean-Bouin avait été l’un des temps forts de la semaine. En un sens, il a tenu toutes ses promesses...

Lorsqu’un seul et même transfert fait le bonheur de deux clubs à la fois, peut-on parler de "transfert du siècle" ? Hé quoi ? On a suffisamment dit dans ces colonnes à quel point Jules Plisson était excellent depuis qu’il avait quitté, la tête au fond du seau, le Stade français pour rejoindre La Rochelle fin décembre pour affirmer aujourd’hui qu’il a sans le vouloir, samedi soir, fait le bonheur de son club d’origine.

Mais franchement ? Que lui est-il passé par la tête, au juste ? Toujours est-il qu’une minute avant que ne soit sifflée la fin de la rencontre, alors que le Stade rochelais menait de quatre points (20-16), Jules Plisson plaquait dangereusement Nicolas Sanchez et écopait logiquement d’un carton jaune.

À ce sujet, on ne peut s’empêcher de penser que l’ancien ouvreur international avait un compte à régler avec son ancien concurrent dans la capitale, duquel on dit à Paris ou même en équipe d’Argentine qu’il n’est pas toujours très affable, pour dire le moins…

Quoi qui ait pu se passer dans la tête du môme de Boulogne-Billancourt, celui-ci quittait aussitôt la pelouse de Jean-Bouin, laissant un trou béant dans la défense de La Rochelle. Sur une mêlée fermée, Sanchez, exceptionnel sur ce coup-là, profitait de l’absence de son vis-à-vis pour prendre à revers le sens du jeu, grillait d’une accélération soudaine les défenseurs rochelais et aplatissait, pour le club de la capitale, un essai plein de sens et qui offrit à Thomas Lombard, en ruines quelques secondes plus tôt, la promesse de plusieurs nuits paisibles…

Pierre Bourgarit, si un jour…

De fait, Jules Plisson, après avoir été saccagé par Heyneke Meyer, ne souhaitait pas rater son retour à Jean-Bouin. En tout état de cause, sa performance à Paris fut plutôt cohérente jusqu’à ce qu’il ne pète les plombs en fin de match et ne tente de régler, de façon maladroite, un "cold case" avec l’ouvreur des Pumas. Lucide, il confiait la larme à l’œil au micro de Canal + à la fin de la rencontre : "C’est moi qui prends le carton jaune. C’est moi qui manque au plaquage, sur la dernière action". De quoi nourrir quelques regrets, en effet. Pas de quoi, non plus, se jeter du pont Mirabeau…

Au-delà du cas Plisson qui fit et fera tant couler d’encre dans les jours à venir, on ne retiendra donc pas grand-chose du déplacement rochelais à Paris, sinon les essais marqués par deux des talonneurs les plus spectaculaires du championnat, Pierre Bourgarit et Facundo Bosch. Au sujet du premier, auteur d’un essai magnifique après une course de trente mètres, on regrettera d’ailleurs qu’il ait encore autant de déchet dans le secteur du lancer en touche ou qu’il n’ait pas, en mêlée fermée, la solidité de son concurrent principal Jean-Charles Orioli. Parce que balle en mains, bonne mère, le Gersois est une bombe et, dans un registre à la Camille Chat (le Francilien est toutefois moins adroit), Bourgarit (22 ans) est en droit de prétendre au meilleur des destins. Alors, deviendra-t-il un jour un talonneur complet, sans la moindre insuffisance ? Pour le Stade rochelais et le XV de France, on est en effet en droit de le souhaiter…

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?