UBB : Radradra, l’irremplaçable

  • Sans Semi Radradra et ses fulgurances, l’UBB et le Top 14 ne seront plus tout à fait les mêmes. Photo Icon Sport Sans Semi Radradra et ses fulgurances, l’UBB et le Top 14 ne seront plus tout à fait les mêmes. Photo Icon Sport
    Sans Semi Radradra et ses fulgurances, l’UBB et le Top 14 ne seront plus tout à fait les mêmes. Photo Icon Sport - Icon Sport
Publié le

D’ici peu, Semi Radradra quittera Bordeaux pour rejoindre Bristol. L’UBB sera-t-elle aussi dangereuse sans le meilleur attaquant du championnat ? Poser la question, c’est y répondre...

Il y en aurait des dizaines d’autres, évidemment. Mais aujourd’hui, ce sont ces deux matchs qui nous reviennent naturellement à l’esprit lorsque l’on songe à Semi Radradra. Le concernant, il y eut donc cette performance majuscule avec les Fidji contre Galles, au stade d’Oita, courant octobre : ce jour-là, le trois-quarts centre de l’Union Bordeaux-Bègles avait joué avec les 110 kg du colosse Hadleigh Parkes avec une facilité déconcertante, promenant le Kiwi d’origine d’un côté à l’autre du terrain, parcourant finalement 140 mètres balle en mains (!) et se positionnant aux yeux du monde comme l’un des meilleurs attaquants de la planète.

Ben Lam peut-il enfiler ses bottes ?

Mais au sujet de l’international fidjien, il y eut aussi ce match de Top 14, en février dernier face à Clermont : au Michelin et au sein d’une équipe bordelo-béglaise quelque peu remaniée (Mathieu Jalibert, Maxime Lucu ou Cyril Cazeaux étaient par exemple absents), l’ancien treiziste avait ébloui les 18 000 spectateurs auvergnats, dominant Wesley Fofana et George Moala au niveau des impacts physiques et de la vitesse pure. Alors, Bordeaux se serait-il imposé à Clermont sans Radradra ? D’évidence, non. Et au sujet de leur superstar, les supporters bordelo-béglais ne peuvent donc que regretter qu’il ait choisi de s’engager à Bristol pour une (très) grosse poignée de livres sterling (1,3 million d’euros), la saison prochaine.

Car qui peut parler les yeux dans les yeux avec Semi Radradra, en Top 14 ? Virimi Vakatawa, probablement. Cheslin Kolbe et Antoine Dupont, aussi. Et c’est à peu près tout. Joueur hors-norme, Semi Radradra manquera énormément à l’Union Bordeaux-Bègles lors des prochaines phases finales. À ce titre, on a beau reconnaître à Jean-Baptiste Dubié un humour certain, à Ulupano Seuteni une certaine agilité ballon en mains, ils n’ont évidemment rien en commun avec le Fidjien, capable de faire basculer sur une accélération n’importe quel match. L’Union Bordeaux-Bègles reste-t-elle une belle équipe sans Radradra ? Oui. Mais elle fait indéniablement moins peur. Afin de remplacer le Fidjien dans son squad, Laurent Marti a d’ailleurs choisi d’engager Ben Lam, la bombe des Hurricanes (1,94 m et 105 kg). Si le neveu de Pat Lam, sera probablement arrivé en Gironde au mois d’août, il paraît peu probable qu’il puisse passer du poste d’ailier à celui de centre en l’espace de quelques semaines…

À ceux qui se demandent, enfin, pourquoi Semi Radradra a réussi là où tant d’autres de ses compatriotes avaient manqué de constance, celui-ci nous expliquait dernièrement : "Il faut faire attention à la nourriture, surtout ici en France, où tout est fait à base de beurre. Les pains au chocolat, c’est très bon… Mais pas pour ton corps ! Il faut préférer le poisson, les légumes et limiter tes glucides. Il ne faut pas oublier que si le rugby est notre job, notre corps un outil de travail." Et Radradra de conclure : "Nous, Fidjiens, ne devons pas venir en Europe trop tôt, car c’est un véritablement déracinement. On le voit avec les problèmes qu’ont pu rencontrer des garçons comme Talebula sur son poids ou Ratini dans sa vie. Les tentations sont trop nombreuses, en France."

Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?