Chibli : « Un plan marshall pour le sport et vite »

  • Kamel Chibli et Didier Codorniou, vice-présidents de la Région Occitanie, entourent Mohed Altrad, Matthias Rolland, Didier Lacroix et François Rivière.
    Kamel Chibli et Didier Codorniou, vice-présidents de la Région Occitanie, entourent Mohed Altrad, Matthias Rolland, Didier Lacroix et François Rivière.
Publié le

En créant un fonds de Solidarité dédié au sport, la Région Occitanie passe à l’action et lance un appel pour sauver le sport et le rugby en grand danger.

Kamel Chibli est présent sur tous les fronts actuellement. Le vice-président de la Région Occitanie, délégué à l’Éducation, la Jeunesse et au Sport, fait valoir ses nouvelles casquettes à l’Agence Nationale du Sport et à France 2023 pour agir : "Face à la situation sanitaire sans précédent à laquelle est confronté notre pays depuis plusieurs semaines, nous ne pouvons demeurer les bras croisés. Plus que jamais, nous devons faire preuve d’entraide et de solidarité pour l’ensemble du monde sportif qui au bord de l’asphyxie, c’est tout un modèle qui est menacé de disparition !"

L’Ariégeois argumente, non sans lancer un appel à l’ensemble des acteurs, de l’Etat jusqu’aux différentes collectivités du territoire : "Le Sport en France, c’est 170 000 clubs, 15 millions de licenciés, 35 millions de pratiquants et un poids économique de 35 milliards d’euros, soit 2 % du PIB. C’est surtout un socle sociétal indéniable qui touche à l’éducation et à l’intégration. Ce lien si fort est indéfectible du secteur économique. Il faut absolument un vrai plan Marshall du sport, trouver des solutions pour venir d’urgence en aide au tissu associatif, à la vie des territoires."

En Occitanie, un plan ambitieux en deux volets a été établi avec le versement simplifié des subventions votées au plus tard le 30 juin pour des actions mises en œuvre en 2020. Cette simplification des démarches pour percevoir le paiement de plus de 6 millions d’euros d’aides régionales doit permettre d’aider rapidement et efficacement les 80 ligues et comités, 250 organisateurs de manifestations sportives, 300 clubs "Performance" ou "Ambassadeurs". Et plus de 1 000 structures "Sport pour tous". Enfin, il y a l’ouverture d’un fonds exceptionnel de soutien doté de 5 millions d’euros ! La Région Occitanie réaffirme ainsi son soutien aux clubs et aux associations sportives afin de leur permettre d’honorer les contrats en cours et les rémunérations des salariés. Le report ou l’annulation d’événements et des championnats crée un vrai risque sur les ressources propres des clubs. Le monde du rugby, professionnel et amateur, n’échappe pas à la règle, si fortement représenté en Occitanie considérée comme la première Région rugby de France avec neuf représentants dans le monde professionnel et une cinquantaine de clubs qui font référence chez les amateurs : " L’urgence est partout, la pratique du rugby est en danger au Stade toulousain, à Perpignan, à Montpellier, à Castres, à Béziers, à Carcassonne, à Colomiers, Montauban… Ce sont tous des entités qui jouent un rôle considérable sur le territoire. Il faut donc agir sur leur trésorerie rapidement. Puis, au-delà du soutien des pros, il faut s’occuper du tissu associatif, des différentes écoles de rugby, de l’intégration de tous ses jeunes que nous ne laisserons pas au bord de la route." L’impact de la crise se chiffre en millions d’euros. L’ensemble des subventions et aides seront de vrais bols d’air face à plus de six mois sans rentrées financières comme cela se profile ! Le deuxième volet a été également enclenché en vers les clubs amateurs, en complément des 35 millions d’euros débloqués par la Fédération. "La FFR a montré la voie, nous devons nous aussi anticiper sur la saison à venir, car elle m’inquiète encore plus, assène Kamel Chibli. Les problèmes économiques ne vont pas manquer d’accabler les petites structures dans certains villages qui ne pourront compter sur le soutien de leurs petits partenaires pourtant si précieux. Ce sont les jeunes, là encore, qui vont en pâtir. Des clubs risquent de disparaître, de ne plus jouer leur rôle dans des quartiers… On ne peut laisser faire, sinon ce serait admettre que le sport ne tient plus une place prépondérante dans la société de demain." Kamel Chibli a lancé un appel urgent auprès des autres collectivités nationales. Sur le terrain, les premiers deniers d’Occitanie ne tarderont pas.

Midi Olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?