Des baisses de salaire moins importantes que souhaitées

  • L’Usap pourrait dans les prochains jours annoncer un accord sur une baisse des salaires des joueurs. Les discussions entre présidents et joueurs se poursuivent et aboutissent dans de nombreux clubs, même si le volume de l’effort demandé, est moins important que prévu.
    L’Usap pourrait dans les prochains jours annoncer un accord sur une baisse des salaires des joueurs. Les discussions entre présidents et joueurs se poursuivent et aboutissent dans de nombreux clubs, même si le volume de l’effort demandé, est moins important que prévu. Icon Sport / Icon Sport / Icon Sport
Publié le / Mis à jour le

La très grande majorité des clubs du Top 14 et de Pro D2 sont sur le point de se mettre d’accord avec leurs joueurs pour un effort salarial pour la saison prochaine. Les pros ne devraient pas être amputés d’un tiers de leurs émoluments comme annoncé dans un premier temps.

Le chiffre - il est vrai si important - avait fait peur et couler beaucoup d’encre. Quand la DNACG avait préconisé une baisse de 32 % en Top 14 et 27 % en Pro D2 de la masse salariale globale des clubs professionnels, les joueurs et leur syndicat Provale avaient pris peur et étaient montés au front. S’ils étaient prêts à faire des efforts, ils ne voulaient pas être la seule variable d’ajustement. Les discussions se sont déplacées au niveau des clubs, puisqu’il ne peut y avoir d’accord global, et que chaque cas doit être discuté, même si les présidents au moins dans leur déclaration d’intention, veulent tous avoir la même politique.

À Castres, Pierre-Yves Revol n’a pas traîné et le club a communiqué il y a près de dix jours sur un protocole d’accord d’une baisse de 15 % pour les joueurs et de 20 % pour le staff technique. Toulon a été le deuxième à révéler sa mesure d’économie, 48 heures plus tard : "De manière spontanée, les joueurs ont proposé au président Bernard Lemaitre une baisse significative de leurs émoluments. Prise de manière collégiale et unanime, cette décision traduit l’implication et l’attachement des joueurs et du staff au RCT." En clair, les joueurs renonceraient selon nos informations à 10 % de leurs émoluments.

À Toulouse, l’arrière Thomas Ramos a indiqué à l’AFP, que les négociations venaient de commencer : "La majorité des joueurs a répondu favorablement à une aide et à une baisse des salaires. Mais rien n’a encore été décidé. Même le président le dit, il n’est pas en mesure de nous dire s’il doit nous baisser nos salaires de tel ou tel pourcentage."

Au Stade français, la balle est dans le camp des joueurs qui doivent formuler une proposition à leur direction, sur un effort salarial.

Des discussions parfois musclées

D’autres annonces pourraient suivre même si dans plusieurs clubs, comme par exemple au MHR, les discussions sont parfois musclées. Ainsi à l’Usap, une diminution serait en passe d’être appliquée comme dans pas mal de formations de Pro D2. Plusieurs sources font état de salaires minorés de 20 à 22 % dans cette division. "J’entends beaucoup parler de baisse de la masse salariale, mais ce n’est pas uniquement des baisse de salaires, cela peut-être une chute du nombre de contrats ou encore un recrutement moindre ! Ainsi à Colomiers, j’aurai dix départs pour trois arrivées", nous indiquait ce mercredi, le président du syndicat des clubs, l’UCPR, mais aussi patron de Colomiers Rugby, Alain Carré. Ce vendredi, il participera à la commission paritaire composée des acteurs du monde professionnel : UCPR (Union des clubs professionnels de rugby), Tech XV (syndicat des entraîneurs), Provale (syndicat des joueurs) mais aussi la DNACG (gendarme financier, indépendant et arbitre) et la direction de la LNR. L’ordre du jour sera une nouvelle fois de faire le point sur les charges salariales des clubs. Cette réunion qui se veut hebdomadaire a permis de dédramatiser la situation. L’idée est de régler ce dossier épineux avant de basculer pleinement sur la reprise sportive du rugby professionnel.

Voir les commentaires
Réagir